On prend les mêmes...

Publié le 14/03/2012
On prend les mêmes... et on recommence. Hier matin aux aurores, les sidérurgistes, une bonne cinquantaine, ont une nouvelle fois bloqué l'accès aux Grands Bureaux à Florange.
On prend les mêmes...
On prend les mêmes...
On prend les mêmes... et on recommence. Hier matin aux aurores, les sidérurgistes, une bonne cinquantaine, ont une nouvelle fois bloqué l'accès aux Grands Bureaux à Florange.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 14 Mars 2012 / THI /

 

 

Photos Pierre HECKLER

 

La matinée a commencé par une ambiance feu de bois et musique à donf' jusqu'au moment où les syndicalistes se sont heurtés aux vigiles des Grands Bureaux.

Les militants auraient voulu s'entretenir avec Thierry Renaudin. Ce dernier a envoyé Claude Seywert, 'le patron' du train à froid. Il était évidemment question de l'avenir du site.

Une centaine de salariés ne peut accéder à son lieu de travail. Nombreux sont ceux qui préfèrent éviter tout commentaire. « On partage le même sentiment que les délégués syndicaux. L'avenir de Florange est très compromis », confie Daniel. « Pour moi, si ça continue comme ça toute l'usine ferme en 2013 » avoue Eliane qui précise que malgré un esprit solidaire, ils ne peuvent rester. « Les pressions sont fortes ».

Hier matin aux aurores, devant les Grands Bureaux, Edouard Martin, au nom de l'intersyndicale (CFDT-CGT-FO) rappelle qu'elle est mandatée pour poursuivre le mouvement de lutte. Les salariés revendiquent toujours des garanties de pérennisation du site.

Une énorme balle de foin, pour entraver l'accès aux Grands Bureaux. Les actions de mobilisation reprennent. Les grands bureaux aujourd'hui ; demain les syndicats iront à la rencontre des salariés dans les différents service. Jeudi Paris , à la rencontre du candidat Sarkozy ?