Première coulée au P6 avant le 15 août

Publié le 29/07/2009
Le redémarrage du haut fourneau P6, à Hayange, permettra à ArcelorMittal de reproduire des brames d'acier vers le 10 août, à Florange. Les syndicats s'inquiètent de défauts de compétences à certains postes.
Première coulée au P6 avant le 15 août
Première coulée au P6 avant le 15 août
Le redémarrage du haut fourneau P6, à Hayange, permettra à ArcelorMittal de reproduire des brames d'acier vers le 10 août, à Florange. Les syndicats s'inquiètent de défauts de compétences à certains postes.

«On est satisfait de voir repartir le P6, mais le problème des compétences et du personnel demeure», disent les syndicats à la sortie du CE de ArcelorMittal Florange.
«On est satisfait de voir repartir le P6, mais le problème des compétences et du personnel demeure», disent les syndicats à la sortie du CE de ArcelorMittal Florange.

La direction nous annonce un rebond de 20 % de la demande en acier au troisième trimestre. On est satisfaits de redémarrer le P6, mais il risque d’y avoir des problèmes de compétences au niveau des ressources humaines.» Didier Coletti (CFDT) résume le sentiment général des représentants du personnel d’ArcelorMittal-Florange à la sortie du comité d’entreprise, hier matin.
Le directeur, Henri Blaffart, et son équipe ont annoncé le redémarrage comme prévu du haut fourneau P6 de Patural, à Hayange, le 6 août et les premières coulées d’acier entre le 10 et le 15 août. De source syndicale, la direction a programmé une production de 70 000 t pour août. Elle devrait passer à 110 000 t en septembre, le maximum possible pour le P6 ; le complément, pour atteindre les 160 000 t espérées, sera assuré par l’usine de Dunkerque. Le 15 juillet dernier, Henri Blaffart, évoquant le redémarrage de la production d’acier, parlait d’un «véritable challenge sur le plan des ressources humaines.» Il ne croyait pas si bien dire. «Ça travaille comme des fous pour être prêts le jour J et assurer la production de brames attendue », convient Xavier Lecoq, de la CFE/CGC.

Les intérimaires rappelés

Outre la mise à niveau des installations, il a surtout fallu rappeler du personnel en urgence, quelque 560 salariés étant requis pour toute la filière. D’après les syndicats, actuellement, la direction doit encore pourvoir 70 postes. «On est en août, il y a des congés et, en plus, Florange doit pallier 400 départs volontaires, dont 219 cols bleus, ceux de la fabrication qui ont anticipé leur départ à la retraite », constate la CGT de Florange, qui juge le redémarrage «fragilisé en raison des problèmes de personnel». Même avis chez FO : «On va utiliser 150 reclassés de Gandrange à peine formés, ajoute Walter Broccoli. C’est bien de relancer la production, mais dans ces conditions, elle risque de ne pas être pérenne. ». Les bobines d’acier produites à Florange alimenteront deux lignes de Dudelange au Luxembourg, et une à Mouzon, dans les Ardennes. La direction, toujours d’après les syndicats, a également rappelé des intérimaires, remerciés au printemps. Elle a aussi battu le rappel de sous-traitants, mais en a perdu un, qui était chargé de la maintenance : EMI a fait faillite en avril. Les travaux seront assurés en interne. Enfin, ce redémarrage laisse encore planer pas mal d’incertitudes. «La direction n’a aucune visibilité sur le 4e trimestre et, surtout, craint le mois de décembre, qui verrait les constructeurs automobiles arrêter leurs usines et refaire du chômage partiel », précise Didier Coletti. Et personne, du côté de Florange, n’envisage le redémarrage de l’autre haut fourneau, le P3, avant l’année prochaine.

Bernard KRATZ.
Publié le 29/07/2009