Pressions chez Behr tensions chez Secofab

Publié le 14/06/2011
Chez Behr, rien de nouveau, malheureusement...
Pressions chez Behr tensions chez Secofab
Pressions chez Behr tensions chez Secofab
Chez Behr, rien de nouveau, malheureusement...

Le Républicain Lorrain, Dimanche le 12 Juin 2011 / SRG /

 

« Nous enregistrons toujours des départs, même de cadres », explique un délégué CFDT. Et deux de ses collègues. Toujours des ruptures conventionnelles. Parallèlement, « nous avons une quarantaine d'intérimaires, car il y a une hausse d'activité, un retour au travail du samedi-dimanche ». Des intérimaires qui sont censés remplacer des salariés en congé, en maladie... Les syndicats dénoncent toujours le même management de la terreur, à différents niveaux de la hiérarchie. « On nous dit que la boîte n'a pas d'argent, mais la direction se paie des berlines de fonction », de marque étrangère, alors que Behr travaille avec des constructeurs français. « Ça donne une mauvaise image... » Mi-juin, un cabinet d'expert doit intervenir pour travailler sur les conditions de travail. « Les chefs font déjà pression sur les salariés... » Et les menaces de fermeture ou de transfert de marchés fusent, si les salariés se plaignent. Rien ne change...

Chez Secofab, à Sarralbe, « les négociations ont été brûlantes », mais ont abouti à un accord. Un autre est en cours de discussions concernant l'intéressement. « Ça risque d'être tendu... » Un syndicaliste évoque également les déclarations de la direction sur l'embauche de 50 soudeurs 'bien rémunérés'. « A 9 EUR de l'heure, brut, vu la pénibilité, pas sûr qu'ils trouvent beaucoup de monde... Ou alors les gens ne resteront pas. » Le délégué dénonce « des conditions de travail exécrables ».