REGION : FRANCE TELECOM: NOUVELLE TENTATIVE DE SUICIDE D'UNE SALARIEE A METZ

Publié le 15/09/2009
Une salariée de France Télécom a tenté de se suicider lundi dans une agence de Metz en avalant des barbituriques, mais ses jours ne seraient pas en danger, a-t-on appris de sources concordantes.
REGION : FRANCE TELECOM: NOUVELLE TENTATIVE DE SUICIDE D'UNE SALARIEE A METZ
REGION : FRANCE TELECOM: NOUVELLE TENTATIVE DE SUICIDE D'UNE SALARIEE A METZ
Une salariée de France Télécom a tenté de se suicider lundi dans une agence de Metz en avalant des barbituriques, mais ses jours ne seraient pas en danger, a-t-on appris de sources concordantes.

Cette salariée de 53 ans, cadre d'une agence chargée du service client 1014, a été retrouvée inanimée sur le sol par un collègue, lundi entre 11H30 et midi, après avoir avalé des barbituriques, a-t-on appris auprès de la CFDT, de la police et des pompiers, qui l'ont emmené à l'hôpital Bon secours de Metz pour un lavage d'estomac. Ses jours ne seraient pas en danger. Elle aurait appris 'que sa mission était terminée et qu'elle allait se retrouver en mobilité géographique', a précisé Pierre Dubois (CFDT).
La situation professionnelle de cette cadre supérieure semblait très difficile, selon un autre syndicaliste de France Télécom, Frédéric Retourney (CGT), qui n'avait toutefois pas eu confirmation de sa volonté de suicider.
Elle était revenue travailler à Metz le 1er septembre 2008 après un séjour dans le Nord-Pas-de-Calais. Mais depuis un an 'elle n'avait pas de poste de travail attitré et en tout et pour tout on ne lui a donné que deux ou trois missions de quelques jours à faire en un an', a ajouté M. Retourney.
'Le 7 septembre elle a en outre reçu un avis de mutation d'office pour un poste inférieur au sien à Nancy, un avis... rétroactif au 1er septembre, ce qui est du jamais vu', a encore affirmé M. Retourney.
Celui-ci a précisé que la victime avait par ailleurs déposé un dossier devant la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde).
Selon la direction nationale de France Télécom, 'il est en train d'arriver ce que nous redoutions le plus, un effet de contagion. La priorité absolue depuis vendredi est de tout faire pour arrêter cette spirale infernale'.
'C'est pourquoi nous avons mobilisé ce week-end les médecins du travail, et nous leur avons demandé de nous alerter sur les cas à risques, dans le respect du secret médical', a-t-elle poursuivi.
Par ailleurs, le Pdg de France Télécom, 'Didier Lombard et son équipe viennent de mener une conférence téléphonique avec les 500 top managers français, pour partager avec eux sa grande inquiétude à ce sujet et leur demander d'organiser des rencontres avec leurs équipes pour échanger sur ces événement traumatisants', a-t-elle ajouté.

Publié le 14/09/2009 - Accueil