SOCIAL ARCELORMITTAL : 24 H AVANT LA "JOURNEE DE LA COLERE"

Publié le 17/04/2009
Hier matin : réveil difficile pour la quinzaine de militants CFDT occupant (depuis mercredi 16h) le poste de commandes de la gare d'Ebange.
SOCIAL ARCELORMITTAL : 24 H AVANT LA "JOURNEE DE LA COLERE"
SOCIAL ARCELORMITTAL : 24 H AVANT LA "JOURNEE DE LA COLERE"
Hier matin : réveil difficile pour la quinzaine de militants CFDT occupant (depuis mercredi 16h) le poste de commandes de la gare d'Ebange.

Les manifestants CFDT ont occupé les voies ferrées d' ArcelorMittal pour une seconde nuit.

En signe de «bonne volonté », le piquet est levé sur les voies pour laisser entrer un convoi de blooms pour le site Corus et partir un train affrété par la cimenterie Holcim. Les deux entreprises n’étant pas liées au conflit.
Midi : la direction invite les syndicalistes CFDT aux Grands-Bureaux pour évoquer la levée du blocus. Refus d’Edouard Martin et des siens tant qu’aucune réponse n’est apportée à trois revendications : engagement de redémarrage des hauts-fourneaux, accompagnement social du chômage partiel, droit de regard sur l’état réel des commandes à l’échelle européenne.
Après-midi : visite surprise, rapide et sous la pluie de la députée européenne Nathalie Griesbeck et de Jean-François Kahn (
MoDem). Arrêt de l’activité du train à chaud, privé de matières premières en raison du blocus des voies ferrées internes. A 18h, nouvelle rencontre entre CFDT et direction locale.
Soirée : à 22h50, les militants votent la libération des voies ferrées bloquées depuis une trentaine d’heures. Le syndicat a notamment reçu la confirmation signée de Robrecht Himpe, n° 2 d’
Arcelor, que le groupe «avait la ferme intention de redémarrer les deux hauts-fourneaux lorrains dès que le marché le permettra ». Cela ajouté à une confirmation d’investissements sur le site. De quoi balayer les doutes sur un éventuel sacrifice des installations fenschoises (et du millier de salariés) mis sur le dos de la crise actuelle.
Ce matin : dès 9h, appel de l’intersyndicale CGT, FO, CFTC, CFE-CGC pour que l’ensemble des salariés des sites ArcelorMittal de la vallée de la Fensch se retrouvent devant les Grands-Bureaux de Florange pour une 'Journée de la colère'.

Patrick Jacquemot.
Publié le 17/04/2009 - Thionville