SOCIAL : LES FAURE ET MACHET MANIFESTENT A PHALSBOURG

Publié le 14/03/2009
Trois bus d'employés de la plate-forme FM Logistic de Woippy ont rallié, hier, le siège social de l'entreprise à Phalsbourg, où les 150 personnes ont manifesté dans un climat joyeux mais déterminé.
SOCIAL : LES FAURE ET MACHET MANIFESTENT A PHALSBOURG
SOCIAL : LES FAURE ET MACHET MANIFESTENT A PHALSBOURG
Trois bus d'employés de la plate-forme FM Logistic de Woippy ont rallié, hier, le siège social de l'entreprise à Phalsbourg, où les 150 personnes ont manifesté dans un climat joyeux mais déterminé.


Les 150 manifestants de Faure et Machet ont opté pour une fronde bon enfant dans les rues de Phalsbourg.

Le combat des Faure et Machet (FM) se poursuit. Hier, il a provisoirement quitté les terres messines pour investir le Pays de Sarrebourg, en l’occurrence Phalsbourg où est installé le siège de FM Logistic.

La société a annoncé, voilà quelques semaines, le désengagement de l’unique client de la plate-forme de Woippy, Hewlett-Packard, entraînant la fermeture de cette unité de conditionnement et d’emballage des imprimantes. 483 emplois sont menacés, même si le rapatriement à Woippy d’une autre activité de la firme devrait permettre d’y maintenir une centaine de salariés. Hier, environ 150 employés ont parcouru plus de 100 km jusqu’aux abords de l’Alsace afin de crier leur détermination sous les fenêtres de la direction du groupe dans un climat bon enfant. Une intersyndicale CFE/CGC-FO-CGT-CFDT avait affrété trois bus qui ont débarqué sur la place d’Armes de Phaslbourg peu avant midi, avant que ne s’organise un défilé en ville jusqu’aux locaux de la société.

Fausse sous-traitance ?

Là-bas, les coprésidents Jacky Gervis et Jean-Christophe Machet ont reçu une délégation de manifestants. Ils ont notamment déclaré aux syndicalistes leur volonté d’agir pour l’emploi. Ils leur ont aussi demandé de ne pas ternir l’image de FM Logistic aux yeux d’éventuels nouveaux clients en organisant des mouvements trop violents. Ce à quoi les manifestants ont adhéré, ayant opté hier pour une fronde plus bruyante que brutale. Pour les Woippyciens, le combat se situe désormais sur le terrain judiciaire : «Nous avons assigné HP et FM parce qu’on pense être dans le cas d’une fausse sous-traitance : le client est aussi le donneur d’ordre. C’est lui qui gère les stratégies, contrôle la production et peut même faire des audits. C’est pire qu’un cahier des charges. Il s’immisce dans l’activité», indique le porte-parole de l’intersyndicale, Bruno Damien. Il demande par conséquent que le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) soit assumé par HP et non par FM Logistic à qui il est reproché de «ne pas avoir anticipé les risques » liés à une activité dépendant d’un seul client.

Ph. DERLER.

Publié le 14/03/2009 (Région)