SOCIETE - MOBILISATION DU 19 MARS : LES SYNDICATS EN ORDRE DE MARCHE

Publié le 17/03/2009 (mis à jour le 18/03/2009)
L'intersyndicale (CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, UNSA et SUD) espère faire mieux que le 29 février. Plus de vingt mille manifestants avaient défilé à Metz.
SOCIETE - MOBILISATION DU 19 MARS : LES SYNDICATS EN ORDRE DE MARCHE
SOCIETE - MOBILISATION DU 19 MARS : LES SYNDICATS EN ORDRE DE MARCHE
L'intersyndicale (CFTC, CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, UNSA et SUD) espère faire mieux que le 29 février. Plus de vingt mille manifestants avaient défilé à Metz.

La radicalité n’est pas de notre côté, mais du côté des patrons. Le Medef vient de refuser la proposition de Sarkozy d’un débat sur le partage des richesses de l’entreprise. A partir de là, il ne faut pas nous demander de réguler le mouvement. Nous, notre problème, c’est d’être aux côtés des salariés dans ce moment difficile.» Arlette Parray s’exprime au nom de FO­Moselle. Mais elle le fait dans les locaux messins de la CFDT, en compagnie des représentants de sept autres organisations syndicales. Cette intersyndicale constitue à n’en pas douter la première victoire de ceux qui appellent à une nouvelle journée de mobilisation nationale, ce jeudi 19 mars. Depuis le rassemblement du 29 février, les mots d’ordre n’ont pas changé. En tête desquelles figurent la hausse des salaires et la défense de l’emploi.

«On veut faire payer les seuls salariés pour cette crise qui leur est étrangère et dans le même temps, les patrons utilisent cette crise pour mettre en place des plans de licenciements», fustige Denis Pesce de la CGT. Le même refuse pourtant les amalgames avec la mobilisation en Guyane «pour établir un rapport de force de cette nature, il nous faudrait faire descendre 15 millions de personnes dans les rues». Au nom de la CFDT, Dominique Marchal évoque la hausse du chômage technique. «Pour le seul mois de février, la Direction du travail annonce 48 000 salariés mosellans en chômage technique.» Et Denis Pesce de poursuivre : «On annonce une baisse du nombre des immatriculations de -15 % au niveau national alors que dans le même temps les effectifs chutent de 35 % dans l’industrie automobile.» Autant d’arguments qui pourraient gonfler le cortège, dont le départ est fixé à 14 h 30 de la place Mazelle à Metz.

Publié le 17/03/2009 - Région