SSM : Bertrand joue la montre

Publié le 29/06/2011
Les fédérations de mineurs ont réussi leur mobilisation, hier à Paris. Le ministre de la Santé promet une lettre de recadrage.
SSM : Bertrand joue la montre
SSM : Bertrand joue la montre
Les fédérations de mineurs ont réussi leur mobilisation, hier à Paris. Le ministre de la Santé promet une lettre de recadrage.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 29 Juin 2011 / Région /

 

45 bus ont convergé de toute la France vers la capitale, surtout du Pas-de-Calais et de Lorraine. Photo Philippe DOBROWOLSKA

Sarkozy avait dit qu'il ne toucherait pas aux mineurs et aux marins pêcheurs. Maintenant, il doit tenir parole ». Eugène Ograbek, militant CFTC, de Forbach, avait revêtu la tenue complète, hier au pied de la Tour Eiffel : casque, bleu, lampe et pic de mineur. Comme 2 500 autres personnes, il a manifesté sous les fenêtres du ministère de la Santé. Objectif : défendre le régime spécial de sécurité sociale des mines. 45 bus ont convergé de toute la France vers la capitale, surtout du Pas-de-Calais et de Lorraine. Une dizaine de bus au départ de la Moselle-Est.

Cette mobilisation réussie entendait répondre fermement à des orientations rendues publiques par Xavier Bertrand le 12 mai. Ce jour-là, le ministre de la Santé paraphrasait le rapport du député UMP du Bas-Rhin Yves Bur et suscitait la colère de toute une corporation en préconisant une fonte progressive du régime minier dans le régime général. Inacceptable pour toutes les fédérations de mineurs, unies, hier à Paris, pour crier leur attachement à la gratuité réelle des soins et au statut spécifique des personnels du régime.

Une fois les troupes rassemblées à un bout du Champ de Mars, une délégation a été constituée avec des représentants de la CGT, de la CFTC, de la CFDT, de FO et de la CGC. Le groupe a été reçu à 11h30 par deux conseillers de Xavier Bertrand. Première petite déception : les syndicats auraient aimé traiter directement avec le ministre. Tandis que la discussion se prolongeait au ministère, les manifestants, écrasés par la chaleur, ont improvisé un cortège pour se rendre à l'ombre des arbres de l'avenue de Ségur. Mais ils ont été immédiatement stoppés par un cordon serré de CRS. Un face-à-face bon enfant.

Soutien d'élus

Des élus sont venus prêter main forte aux mineurs, dont des parlementaires lorrains. Aurélie Filippetti, député PS de Rombas-Bouzonville, a flatté la fierté des gueules noires ou jaunes en parlant de la dette de la Nation envers eux. Succès garanti. Au retour de la délégation, le sentiment général était franchement mitigé.

Le ministre joue clairement la montre avec les défenseurs du régime minier. Certes, il a promis aux fédérations d'envoyer une lettre de recadrage de ses orientations. « Personnellement, je suis déçu, lance le Forbachois Guy Kuhnen, secrétaire général CFDT mineurs, Xavier Bertrand ne revient pas sur le fond de la réforme et propose des adaptations à la marge. C'est un tout petit pas ». Alain Cuvillier, pour la CGC, se montre plus positif : « Une porte s'est entrouverte ; comptez sur nous pour l'ouvrir complètement. Il y a des avancées concernant les compensations prévues pour garantir le gratuité des soins. Le gouvernement accepte de nous soumettre tous les textes de loi qu'il envisage de passer et promet la pérennité des emplois du régime ».

Alain Marchetto, également militant CGC et maire de Folkling, préconise la prudence néanmoins : « Attendons la lettre de recadrage. Ensuite, on se reverra pour dire la suite à donner à notre mobilisation de ce mardi. »

Stéphane MAZZUCOTELLI.