Terrible frustration

Publié le 19/10/2012
Jean Mangin (CGT) avait le sourire. Voir Bernard Lavilliers lui a remonté le moral, « i l est sensible à notre action. Avec lui, c'est direct. Ça vient du coeur ».
Terrible frustration
Terrible frustration
Jean Mangin (CGT) avait le sourire. Voir Bernard Lavilliers lui a remonté le moral, « i l est sensible à notre action. Avec lui, c'est direct. Ça vient du coeur ».

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 19 Octobre 2012 / THI /

 

 

 

N'empêche, le sidérurgiste à casquette et chasuble rouge en a gros sur la patate. Pas une nuit où il ne pense pas à l'usine, où il ne retourne pas le scénario dans sa tête. Il aimerait bien se tromper, assure-t-il, mais pour l'instant, il ne croit pas une seule seconde à la reprise partielle du site. « Cette décision de fermer la filière liquide, jamais on ne l'acceptera. Elle est contraire à toute logique industrielle. » Pourtant, la direction de Florange, elle, a déjà fait une croix sur cette partie du site. Elle le dit aux salariés, leur demande de tourner la page, penser au futur et... pourquoi pas au PSE - plan social pour l'emploi -. Jean Mangin n'attend plus grand-chose du côté Mittal, par contre, il en veut sérieusement au gouvernement et ressent « un terrible sentiment de frustration ».

« Que quelqu'un prenne à bras-le-corps ce prédateur. Qu'on arrête le bal des faux-culs. Hollande a critiqué Sarkozy quand il est venu ici, quand il est monté sur la camionnette. Lui, il ne fait pas mieux. C'est même pire. » Prise de capital, 'réappropriation', réquisition demeurent les solutions proposées par la CGT. Aux antipodes de celles de la CFDT... même si l'intersyndicale continue à faire actions communes.