TOUS SOUS LA MEME BANNIERE : TCRM, CONSEIL GENERAL, FLO, METALLURGIE...

Publié le 28/01/2009
«Il faut remonter au CPE pour retrouver une telle bataille. » En son temps (en 2006), le Contrat première embauche avait paralysé la rue. Demain, jeudi 29 janvier, l'appel à la grève est unitaire et interprofessionnel. Public et privé dans le même bain. Principal mot d'ordre : la crise. «Les salariés n'en sont pas responsables, ce n'est pas à eux de la payer. Et les mesures prises par le gouvernement ne font que l'aggraver », rappelle Jacques Maréchal, secrétaire départemental de la CGT.
TOUS SOUS LA MEME BANNIERE : TCRM, CONSEIL GENERAL, FLO, METALLURGIE...
TOUS SOUS LA MEME BANNIERE : TCRM, CONSEIL GENERAL, FLO, METALLURGIE...
«Il faut remonter au CPE pour retrouver une telle bataille. » En son temps (en 2006), le Contrat première embauche avait paralysé la rue. Demain, jeudi 29 janvier, l'appel à la grève est unitaire et interprofessionnel. Public et privé dans le même bain. Principal mot d'ordre : la crise. «Les salariés n'en sont pas responsables, ce n'est pas à eux de la payer. Et les mesures prises par le gouvernement ne font que l'aggraver », rappelle Jacques Maréchal, secrétaire départemental de la CGT.

Chute du pouvoir d’achat, salaires bloqués, chômage, lutte contre la précarité, retraite… La CGT-Moselle compte pas moins de trente-cinq appels à la grève dans le secteur : TRCM, Faure et Machet, Claas, UEM, le Crous, le conseil régional, le conseil général, des crèches, des ouvriers du bâtiment, le restaurant Flo, Kiabi… Les associations ne sont pas en reste, avec le CMSEA et Le Relais (qui assurera quand même l’accueil au Pont des Grilles). «Pour la première fois de l’histoire du CMSEA, une intersyndicale CGT-CFDT-FO organise un rassemblement devant la direction, afin d’être reçue», rappelle un communiqué du Comité mosellan de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence. Quand les gens du commerce se mettent à faire grève, c’est que le malaise est profond, constate Jacques Maréchal. C’est général, on attend une forte participation. Je pense qu’il y aura des nouveaux venus dans le cortège ». Arlette Perray, secrétaire départementale de Force Ouvrière est du même avis : «J’ai reçu pas mal de coups de fil de personnes 'isolées' ». Des personnes qui sont les seules à vouloir faire grève dans leur entreprise, «elles me demandaient les conditions pour le faire. C’est compliqué mais comme le droit de grève est inscrit dans la Constitution, ils peuvent par exemple suivre le mouvement avec notre plateforme de revendications». En cas de complication avec l’employeur, «l’union départementale reprend le dossier pour défendre le gréviste».

Appel franc Lors de son pointage, hier matin, FO notait «une réaction très forte : sur 35, 27 entreprises du privé font un appel franc à la grève ». Dont PSA (sauf ceux qui sont en chômage partiel et ne peuvent de fait se mettre en grève), les salariés de la métallurgie de Gandrange, les agents des Assedic, ceux des TCRM (où 50 % de grévistes sont attendus parmi les chauffeurs), la Caisse d’allocations familiales, la Sécurité sociale, la Caisse primaire d'assurance maladie…Les jeunes de l’Unef demandent, quant à eux, à la ministre de l’Enseignement supérieur de «remettre à plat la réforme du financement des universités », et, au gouvernement, de renoncer aux suppressions de postes. Un argument largement repris par les syndicats enseignants. Sans oublier les deux fermetures locales de collèges prévus à Metz et à Marly, à la rentrée prochaine.
Le rassemblement est prévu à 14h30, place Mazelle. Les manifestants marcheront vers le centre-ville et la préfecture.

Ch. P.

Publié le 28/01/2009