Tout faire pour « retrouverla table des négociations »

Publié le 07/09/2010
« Une retraite juste, un juste droit » précise le slogan de la Confédération française démocratique du travail (CFDT). « On ressent une mobilisation bien plus importante que celle du 24 juin, ce que nous souhaitons, c'est que le projet actuel soit retiré pour repartir sur une négociation digne de ce nom, affirme Didier Getrey, délégué métallurgie et automobile, On n'est jamais fermé à tout ce qui est dialogue social. »
Tout faire pour « retrouverla table des négociations »
Tout faire pour « retrouverla table des négociations »
« Une retraite juste, un juste droit » précise le slogan de la Confédération française démocratique du travail (CFDT). « On ressent une mobilisation bien plus importante que celle du 24 juin, ce que nous souhaitons, c'est que le projet actuel soit retiré pour repartir sur une négociation digne de ce nom, affirme Didier Getrey, délégué métallurgie et automobile, On n'est jamais fermé à tout ce qui est dialogue social. »

Le Républicain Lorrain, Mardi le 07 Septembre 2010 / SRG /
 

 

Didier Getrey : « On insiste sur le fait de pouvoir dialoguer. » Photo RL

Le responsable syndical observe que l'un des points de discorde essentiels avec le projet gouvernemental est « L'histoire de la pénibilité du travail. Nous avons fait des contre-propositions, il nous faut retravailler ensemble pour trouver un accord sur les retraites, surtout que nous avons proposé des amendements qui n'ont jamais été examinés. »

« Un dialogue possible »

Multiples tracts distribués dans les entreprises, appels à la grève, mise à disposition de bus au départ de plusieurs destinations... Ce mardi 7 septembre rassemble toutes les énergies. « Ceux de sarreguemines partiront de Continental, pour l'heure il y en aura deux ou trois bus, mais nous connaîtrons le nombre définitif mardi. Sans compter les nombreuses personnes se rendent à Metz par la route ou entrain, comme l'équipe de la Smart qui part en voiture » ajoute le délégué CFDT.

Journée phare

L'objectif pour la journée de mardi est on ne peut plus clair : « Qu'on mette en retrait cette réforme, et que les discussions reprennent. Il faut certes changer ce système, mais pas de la manière dont les choses ont été lancées. Le gouvernement a posé le projet sur la table et nous a dit « C'est comme ça », hors la réforme engagée en 2003 sur les retraites a montré que le dialogue était possible. 800 000 personnes sont parties à la retraite depuis 7 ans grâce au dispositif mis en place à ce moment. »

Comme les autres syndicats, la délégation de la CFDT, ne part pas manifester les mains vides et se veut aussi une force de proposition. « Cette journée va peut-être gêner les entreprises, les salariés vont perdre une journée de salaire, mais ce sera toujours mieux de se retrouver autour de la table des négociations. »