Un baroud d'honneur pour le régime minier

Publié le 29/09/2011
La réforme du régime minier va passer en force. Cet après-midi, CGT et CFDT organisent une énième manifestation devant la préfecture de Région, à Metz.
Un baroud d'honneur pour le régime minier
Un baroud d'honneur pour le régime minier
La réforme du régime minier va passer en force. Cet après-midi, CGT et CFDT organisent une énième manifestation devant la préfecture de Région, à Metz.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 29 Septembre 2011 / Région /

 

 
À coups de décrets, le gouvernement aura réussi à diluer le régime spécial de sécurité sociale dans les mines qui, sauf rebondissement, sera définitivement absorbé dans le régime général d'ici deux ans.

Bien sûr, les conseillers du ministre de la Santé martèlent qu'une prise en charge à 100 % restera garantie pour les affiliés, anciens mineurs et leur famille. Et que les personnels du régime minier conserveront leur emploi et ne subiront aucune mobilité forcée.

Pourtant, les syndicats ne sont pas convaincus. Mais le dernier décret paru le 30 août a eu raison de la large union qui prévalait encore, en juin dernier, lors d'un rassemblement sous les fenêtres du ministère à Paris. Ce passage en force estival montre que le gouvernement n'a aucune intention de céder encore un pouce de terrain sur ce dossier.

Du coup, les syndicats, décontenancés, lancent leurs dernières cartouches en ordre dispersé. FO milite pour un recours au conseil d'Etat tandis que la CGC estime que le jeu n'en vaut pas la chandelle et préfère négocier. De leur côté, la CGT et la CFDT organisent une manifestation en forme de baroud d'honneur cet après-midi à Metz. Rendez-vous à 15h sur la place d'Armes. Une pétition à transmettre au président de la République, encore une, sera remise en préfecture. « Beaucoup de gens n'y croient plus mais nous voulons encore dire que nous ne sommes pas contents. Certes, nous avons obtenu des avancées en faveur des affiliés mais la grosse inquiétude concerne les personnels du régime. Le transfert dans le régime général va signifier des baisses de salaires de 20 à 25 % et la fin de certaines indemnités spécifiques (logement, chauffage, etc) dès le départ en retraite », explique Guy Kuhnen, secrétaire général CFDT mineurs.

S. M.