Un geste en direction des salariés des petites entreprises

Publié le 03/11/2011
Faire davantage respecter le droit des salariés dans les petites entreprises. C'est le thème de la mobilisation nationale de la CFDT cette semaine. Hier, à Sarrebourg, la section locale est allée à la rencontre des employés.
Un geste en direction des salariés des petites entreprises
Un geste en direction des salariés des petites entreprises
Faire davantage respecter le droit des salariés dans les petites entreprises. C'est le thème de la mobilisation nationale de la CFDT cette semaine. Hier, à Sarrebourg, la section locale est allée à la rencontre des employés.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 03 Novembre 2011 / SRB /

 

 

Hier matin, les représentants de la CFDT se sont rendus dans les commercesdes Terrasses de la Sarre pour distribuer des tracts de sensibilisation. Photo Laurent MAMI

C e n'est pas parce qu'on travaille dans une petite entreprise qu'on a des petits droits. » Dominique Marchal, secrétaire générale de l'union départementale de la CFDT, a fait hier le déplacement à Sarrebourg pour aller à la rencontre des salariés des très petites entreprises (TPE) et des petites et moyennes entreprises (PME), en compagnie de la section locale. « Nous avons mis en place une semaine nationale sur ce thème, souligne-t-elle. Car il y a peu de représentants syndicaux dans ces entreprises, alors que c'est là que travaille la majorité des salariés en France. Et il y a aussi des problèmes pour faire respecter les droits dans certaines d'entre elles... »

Aussi, pour sensibiliser les Sarrebourgeois à l'intérêt de disposer d'une représentation syndicale constructive, les délégués locaux ont distribué des tracts. « Le but est d'informer ces employés. Nous avons donc ciblé des zones d'activités où il y a des petites entreprises », poursuit Dominique Marchal. La zone Ariane de Buhl-Lorraine puis les Terrasses de la Sarre à Sarrebourg ont donc reçu la visite de la délégation de syndicalistes.

Commissions paritaires locales

« Nous voulons mettre en place des commissions paritaires locales, indique la secrétaire générale départementale. Sur un territoire, l'idée est d'installer dans une structure unique des syndicalistes élus qui représentent le personnel des petites entreprises. Ce serait un lieu de négociation entre les chefs d'entreprise et les organisations syndicales. »

Avec un objectif : faire respecter les droits des salariés, créer du dialogue dans une relation directe qui n'est pas toujours facile à instaurer dans les petites structures pour les discussions d'ordre social. « La mise en place d'une organisation syndicale dans une petite entreprise fait souvent peur au patron, insiste Dominique Marchal. Mais il ne s'agit pas pour les salariés de devenir procéduriers, mais simplement de faire respecter les lois. On peut le faire en très bonne entente. »

Ce samedi 5 novembre, l'union locale CFDT organise des portes ouvertes dans ses locaux du 1 avenue Clemenceau (ancienne école Schweitzer). De 9 h à 11 h, les responsables de la section menée par Gérard Saint-Eve accueilleront les salariés « qui ne peuvent pas se déplacer la semaine pour venir à nos permanences. Sur place, nous avons tous les textes pour répondre à leurs questions. »