Un repreneur potentiel pour Hollmann

Publié le 04/01/2012
Hier matin, pour la quatrième fois consécutive, la chambre commerciale du tribunal de Sarreguemines a accordé un délai de trois mois à l'entreprise Hollmann pour trouver un repreneur.
Un repreneur potentiel pour Hollmann
Un repreneur potentiel pour Hollmann
Hier matin, pour la quatrième fois consécutive, la chambre commerciale du tribunal de Sarreguemines a accordé un délai de trois mois à l'entreprise Hollmann pour trouver un repreneur.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 04 Janvier 2012 / SRG /

 

 

 

Qui s'est manifesté. Il ne s'agit pas encore d'une offre définitive, mais d'une lettre d'intention. « C'est une société allemande, qui sous-traite déjà une partie de sa production à Hollmann », dévoile en partie Me Weil, administrateur judiciaire. « Maintenant, il faut voir avec eux les modalités de reprise sociale, ainsi que le prix. Rien n'est encore décidé », insiste-t-il. La direction de Hambach, quant à elle, n'a pu être jointe hier.

« Voir si le projetest viable »

Hollmann, basée sur l'Europôle et spécialisée dans la reliure de catalogues, est placée en liquidation judiciaire depuis un an. Non pas en raison de son activité, le carnet de commandes étant rempli, mais suite aux difficultés de sa maison-mère, Schlott. Depuis, l'avenir des quelque 120 salariés est en suspens. Désormais jusqu'au 3 avril. Le nouveau sursis et l'annonce d'un potentiel repreneur ont été accueillis avec satisfaction. « Nous avons reçu les documents le 28 ou 29 décembre, nous n'avons pas encore pu étudier tout le dossier, même s'il y aura certainement des ajustements dans l'effectif. Mais il faut d'abord voir si le projet est viable », explique Didier Getrey, représentant CFDT.

Pour lui, la lettre d'intention a clairement permis de prolonger l'activité. Mais il en voudrait un peu plus. « Ce serait bien d'avoir une deuxième offre de reprise, qu'une autre entreprise se manifeste, pour faire jouer la concurrence. » Qui pourrait bénéficier au personnel. Des salariés « exemplaires, rappelle le représentant syndical. Ils ont toujours été motivés, n'ont jamais lâché, n'ont jamais fait grève. »

Reste à savoir si cette obstination portera ses fruits. Possible réponse le 3 avril.