Un transfert douloureux

Publié le 03/10/2012
Depuis la reprise le 1er août par le CHR Metz-Thionville, le personnel de l'hôpital de Hayange souffre.
Un transfert douloureux
Un transfert douloureux
Depuis la reprise le 1er août par le CHR Metz-Thionville, le personnel de l'hôpital de Hayange souffre.

© Le Républicain Lorrain, Mercredi le 03 Octobre 2012 / THI /

 

 

Vendredi, les cinq patients de cardiologie, médecine C, ont été transférés en médecine B. Une façon de travailler que le CHR applique déjà, en cas d'un nombre insuffisant de malades dans un service, mais à laquelle le personnel hayangeois a du mal à s'adapter. Photo Philippe NEU

Un silence pesant règne en cardiologie, médecine C. Seule une pancarte signale que les patients de ce service ont été transférés en médecine B. Vendredi, à 13 h 30, « la surveillante a reçu un appel du CHR, demandant à déplacer les malades », explique Martine Michel, aide-soignante et représentante du personnel CFDT. Une décision motivée par le nombre insuffisant de patients dans le service (lire ci-dessous).

En effet, seuls cinq des vingt et un lits étaient occupés. « Cela ne devait durer que le week-end, mais le service n'a toujours pas encore rouvert », ne décolérait pas hier matin la syndicaliste.

Le personnel a été invité à rester chez lui, en prenant des RTT ou des congés. Mais l'équipe de cardio ne l'entendait plus de cette oreille hier. « Nous avons décidé de suivre notre planning comme prévu. Car on refuse de voir tous nos congés soldés ainsi », détaille Martine Michel. « J'en ai marre de rester à la maison », confirme sa collègue Aline. L'aide-soignante devait reprendre le travail lundi, mais on lui a demandé de ne pas venir. « En ce moment, on fait de la cardiologie virtuelle. J'ai été affectée aujourd'hui (NDLR : hier) dans un autre service. Je ne m'occupe pas que des patients de cardio, mais de tous. Je n'interviens pas non plus en renfort, puisqu'on a dit à une autre aide-soignante de ne pas travailler. »

Manque de communication

Voilà un fonctionnement auquel le personnel de l'hôpital de Hayange n'est pas habitué. Fatigués des derniers mois passés dans le giron d'Alpha Santé, les salariés aspiraient certainement à plus de sérénité avec la nouvelle direction. Mais la reprise par le CHR ne se fait visiblement pas sans douleur. Martine Michel pointe, en effet, l'absence d'interlocuteur précis. « Nous ne sommes plus des salariés d'Alpha Santé, mais nous n'avons pas encore signé nos contrats avec le CHR. »

L'aide-soignante déplore aussi le manque de communication de la direction du CHR envers les patients de la vallée de la Fensch. « Le service de cardiologie tournait bien jusqu'à la reprise. En moyenne, il y avait toujours une quinzaine de lits d'occupés. C'est étrange... »

Un peu plus loin, dans le service de jour de rééducation cardio-vasculaire, on fait aussi grise mine. « Comme tous les médecins de cardiologie ont démissionné, ce sont ceux du CHR qui assurent les consultations. Mais ils veulent changer nos méthodes. Et ça ne fonctionne pas. C'est pas du travail, ça ! », ne décolère pas une salariée.

Dans un tel contexte, la crainte est de voir la population déserter l'hôpital de Hayange. « Certains pensent que les urgences sont fermées, alors qu'elles fonctionnent toujours ! », déplore Martine Michel. La voix serrée, la syndicaliste n'en démord pas : « D ans nos coeurs, on ne fonctionne pas comme le CHR ».

Textes : VanessaPERCIBALLI.