Une question de droit

Publié le 23/06/2011
Un point de droit pourrait mettre en danger le reclassement de 14 salariés d'Hospitalor à Unisanté +.
Une question de droit
Une question de droit
Un point de droit pourrait mettre en danger le reclassement de 14 salariés d'Hospitalor à Unisanté +.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 23 Juin 2011 / FOR + STA

 

Le PSE ne sera finalisé que le 15 juillet. Or, Unisanté souhaite voir arriver les personnels reclassés au 1er juillet. Ces salariés seront donc contraints de démissionner d'Hospitalor et ainsi perdre toute prime de licenciement. « Nous avons l'impression qu'on leur force la main, explique Marc Reisdorf, délégué FO. S'ils le souhaitent, ils peuvent engager une procédure au conseil des prud'hommes. En cas de victoire, c'est tout le PSE qui pourrait être invalidé. Le code du travail ainsi qu'une jurisprudence de 1995 rendent ce type d'opération illégale. » La direction d'Hospitalor assure « ne forcer personne à démissionner. » Celle d'Unisanté + se défend d'un « calendrier à respecter. Nous devons avoir le personnel au complet pour accueillir convenablement les nouvelles patientes. »

 

Les instances syndicales FO, CGT et CFDT comptent également poursuivre leurs travaux sur les derniers reclassements. « Nous sommes déchirés de voir partir des collègues mais nous faisons tout ce qui est possible pour limiter la casse. »

E. P.