VIE SYNDICALE CFDT : VALORISER LES TRAVAILLEURS HANDICAPES DANS LES ENTREPRISES

Publié le 01/12/2009
La CFDT a informé ses adhérents du pays de Sarrebourg sur les droits des travailleurs handicapés. Les 20 personnes ont répondu présentes et se sont rendues studieusement au centre socioculturel de Sarrebourg.
VIE SYNDICALE CFDT : VALORISER LES TRAVAILLEURS HANDICAPES DANS LES ENTREPRISES
VIE SYNDICALE CFDT : VALORISER LES TRAVAILLEURS HANDICAPES DANS LES ENTREPRISES
La CFDT a informé ses adhérents du pays de Sarrebourg sur les droits des travailleurs handicapés. Les 20 personnes ont répondu présentes et se sont rendues studieusement au centre socioculturel de Sarrebourg.

Une vingtaine de personne s'est rendu à la formation sur les droits des salariés handicapés proposée cette semaine par la CFDT Lorraine.

Pourquoi les personnes handicapées sont-elles exclues du monde du travail ?
Presque toutes les entreprises sont hors la loi. Si on impose aux patrons français d’embaucher au moins 6 % de travailleurs handicapés, on est encore parfois bien loin du compte. Peut-être par négligence, mais aussi et souvent par manque d’information.
C’est ce qui a conduit la CFDT à proposer à ses membres actifs trois journées de formation sur les droits des personnes présentant un handicap.
«
En accord avec l’union locale de la CFDT, nous avons souhaité sensibiliser nos militants à l’insertion professionnelle et au maintien dans l’emploi des salariés handicapés, explique Nathalie Marion, chargée de missions Défi Handicap à la CFDT Lorraine. Bien souvent, les patrons ne savent pas qu’ils ont droit à de nombreuses aides lorsqu’ils décident soit d’embaucher, soit de maintenir une personne sur son lieu de travail après un accident l’ayant handicapé. Ces trois jours de formation sont donc une passerelle vers les employeurs. Ce sont les militants qui vont être vecteurs d’information auprès d’eux».
Que risquent les contrevenants ?
Toutes les entreprises fonctionnant avec un nombre de salariés important et dont le pourcentage de personnes handicapées n’est pas respecté payent une contribution à l’AGEFIPH, qui est une association d’aide aux employés et aux employeurs du secteur privé.
En 2010, selon la volonté de l’Etat, la facture risque d’être salée pour les contrevenants.
Or, ce que beaucoup ignorent volontairement ou non, c’est que l’argent versé est en quelque sorte un capital, qui peut être débloqué sous forme de subventions, pour l’aménagement d’un poste de travail adapté au handicap d’un salarié.
Suite à cette formation, que pourront apporter les militants à leur entreprise ?
Il est vrai que l’emploi de personnes atteintes d’un handicap peut poser de nombreux problèmes au patron de l’entreprise, car la législation sur son travail est assez spécifique et beaucoup ne maîtrisent pas le sujet. A l’avenir, ils pourront s’appuyer sur les connaissances de leurs salariés, adhérents de la CFDT, ayant participé aux trois jours de formation sur le sujet.
«
Grâce à cette formation, nous espérons à l’avenir, pouvoir trouver des accords pour l’intégration de ces personnes, car il est toujours plus facile de licencier quelqu’un pour inaptitude, que d’étudier les possibilités, même s’il ne faut pas généraliser, ajoute Gérard Saint-Eve, le secrétaire général de l’union locale de la CFDT. J’espère que cela facilitera l’étude des solutions ».
Si le chômage ne cesse d’augmenter en Moselle, la part des personnes handicapées inscrite au Pôle emploi est elle aussi en état de croissance. Laissées sur la touche, ou licenciés à tord, elles sont un peu les exilées du système.
Les pénalités annoncées en 2010 en feront sans doute réfléchir certains, mais de là à passer ce cap, il reste encore du chemin à parcourir.

Publié le 01/12/2009 - Sarrebourg