VNF fête ses 20 ans sur fond d'inquiétude des personnels

Publié le 08/06/2011
Voies navigables de France (VNF) a célébré, hier, un vingtième anniversaire riche en projets d'avenir pour la Lorraine fluviale. Une célébration cependant marquée par une grève des personnels des services de la navigation.
VNF fête ses 20 ans sur fond d'inquiétude des personnels
VNF fête ses 20 ans sur fond d'inquiétude des personnels
Voies navigables de France (VNF) a célébré, hier, un vingtième anniversaire riche en projets d'avenir pour la Lorraine fluviale. Une célébration cependant marquée par une grève des personnels des services de la navigation.

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 08 Juin 2011 / Région

 
Nous sommes fiers de nos 20 ans ! » Marc Papinutti, directeur national de Voies navigables de France (VNF), a fait le déplacement, hier, pour célébrer le 20e anniversaire de cet établissement public créé par Michel Rocard en 1991 afin de développer le le transport fluvial. « VNF a eu pour mission de réinvestir dans les voies navigables sur le réseau existant tout en développant de nouvelles infrastructures comme la liaison Seine-Nord-Europe », rappelle-t-il. Mais ce jour anniversaire a aussi été marqué par la grève des personnels des services de la navigation qui se sont, à leur façon, invités à la fête afin que soit prise en compte leur inquiétude. De fait, un projet gouvernemental prévoit de transférer les fonctionnaires des services de la navigation à VNF qui est un établissement public industriel et commercial (Epic). « Nous y voyons une privatisation de nos services et une remise en cause de notre statut, du déroulement de nos carrières. Et une volonté de privilégier la rentabilité, les voies à grand gabarit, délaissant complètement l'entretien du réseau de petit gabarit », explique Dominique Schirmer, porte parole de l'intersyndicale FO-CGT-CFDT, à l'origine du mouvement. Une action suivie par 5 % des agents pour la direction de la navigation Nord-Est qui a tout de même sérieusement perturbé le trafic sur la Moselle, dont les principales écluses étaient encore bloquées, hier.
« Fiabiliser un réseau encore trop fragile »

« On peut comprendre leur inquiétude, mais VNF continuera d'assurer sa mission de service public. Et loin de nous l'idée d'abandonner le réseau petit gabarit au profit des grandes voies. Au contraire, nous poursuivons les investissements sur le petit gabarit et souhaitons développer une maintenance préventive de nos ouvrages plutôt que la maintenance curative que l'on déploie quand ça casse. » Corinne de La Personne, chef du service de la navigation du Nord-Est, fort de 800 salariés, se veut rassurante pour le personnel.

Elle préfère mobiliser ses effectifs sur des projets « passionnants et d'avenir pour la région. » Elle cite également la ligne à conteneurs sur la Moselle que le rehaussement de l'ensemble des ponts réalisé par VNF va faciliter, et qui devrait être opérationnelle d'ici 2013, lorsque seront réalisés les aménagements indispensables au niveau des ports. Mais le projet phare reste, pour elle, la liaison Moselle-Saône. Le préfet Christian de Lavernée, en charge de ce dossier, a insisté sur ce point, hier, lors de la célébration au Quai des régates, au bord du plan d'eau. De fait à la tête du comité de pilotage, le préfet prépare actuellement le débat public prévu dans le cadre du Grenelle de l'environnement en 2012. En attendant, Corinne de La Personne estime à 120 MEUR les investissements nécessaires dans les dix années à venir pour restaurer les ouvrages sur la Moselle et « fiabiliser un réseau encore trop fragile », pointe-t-elle en citant un programme de rénovation de très anciens barrages sur la Meuse. Mais VNF a aussi le souci de la profession de bateliers. « Un métier en tension », souligne Marc Papinutti. Celui-ci veut pousser VNF vers l'objectif du Grenelle de l'environnement : un quart des transports en mode alternatif.

Bernard KRATZ.