A la Maison de l'emploi, ensemble pour gagner en efficience

Publié le 09/02/2012
En croisant leurs regards une vingtaine de partenaires du monde de l'emploi font le pari de gagner en efficacité et d'être plus à même d'accompagner les entreprises de la Déodatie. Cible privilégiée : les TPE.
A la Maison de l'emploi, ensemble pour gagner en efficience
A la Maison de l'emploi, ensemble pour gagner en efficience
En croisant leurs regards une vingtaine de partenaires du monde de l'emploi font le pari de gagner en efficacité et d'être plus à même d'accompagner les entreprises de la Déodatie. Cible privilégiée : les TPE.

© Vosges Matin, Jeudi le 09 Février 2012 / Saint-Dié

Une vingtaine de partenaires adhérent à cette démarche ATEC.

Empêtré dans ses strates, dans sa paperasse, dans ses prés carrés, le système français est lourd. C'est un euphémisme et presque une lapalissade qui pèse de manière plus prégnante encore lorsqu'il s'agit d'emploi. Alors, « une question se pose soulignait mardi soir à la Maison de l'emploi Laurence Demonet, vice-présidente de la Région en charge de la formation, veut-on travailler ensemble ? ». C'est une évidence, mais le système n'est paradoxalement pas conçu pour faciliter les choses. Vingt acteurs du territoire -- leur nombre traduit à lui seul la complexité de la situation -- y ont répondu « oui » et planchent, depuis près de deux ans, sur une démarche ATEC, comprenez « Animation territoriale pour l'emploi et les compétences ».

Triple objectif

Initiée par l'Etat et la Région Lorraine, l'ATEC, formalisée par une charte, part d'un constat expliquait Jean-Jacques Daillot, président de la Maison de l'emploi, structure servant de « base territoriale » au projet : « tous les partenaires ont une vision mais elle est partielle puisque perçue par le prisme de leur mission. Nous avons pris le pari qu'en croisant les regards la vision serait plus proche de la réalité ». Et donc plus efficace. Proposée aux TPE (moins de 10 salariés) du bassin déodatien soit quelque 80 % des 6 000 entreprises du territoire, l'ATEC répond à un triple objectif : la sécurisation des parcours professionnels des individus, en développant notamment des actions de formation répondant à de réels besoins ; la sécurisation économique des entreprises et l'éventuel développement de filières porteuses et le renforcement de l'attractivité du territoire au sein duquel s'ancre la démarche, en l'espèce le bassin déodatien. Une Déodatie capable, tous en sont persuadés, « de trouver le ressort dont elle a besoin à travers les compétences qui sont les siennes ».

Sortes de « compagnons de route » au service des entreprises les signataires de la charte se proposent, de manière confidentielle, d'établir un diagnostic, d'accompagner, d'identifier les freins, de proposer des actions de formation spécifiques... En un mot, de repérer des besoins, parfois masqués par le rythme quotidien, pour gagner en efficience. Mais attention « l'ATEC ne se décrète pas, soulignait Laurence Demonet, et doit être prise en main pas les acteurs du territoire ». Alors voilà, l'outil existe, les « facilitateurs » sont mobilisés et trouvent par l'intermédiaire des partenaires sociaux engagés d'efficaces points d'appui. Reste à le faire connaître auprès des chefs d'entreprise qui seront invités, le 23 mai prochain à une « restitution » du projet.

Frédérique MONGEL-BEDEL

Plus d'informations à la Maison de l'emploi : 03 29 58 47 56.

Vingt partenaires concourant à l'emploi local ont formalisé leur action en signant cette Charte ATEC -- Animation territoriale emploi et compétences. Etaient ainsi représentés : l'Etat, la Région, la Maison de l'emploi, Agefos, Opcalia, CGPME, MEDEF, Pôle Emploi, la Mission locale, Cap Emploi, le Conseil de développement, la CCI, la Chambre de métiers, Transitio CTP, AFPA Transition, ARACT Lorraine, Fongecif, CFDT, CFE-CGC et CFTC.