Emploi : anticipation, formation et sécurisation

Publié le 26/09/2012
Un colloque a eu lieu récemment au Grand Hôtel de Plombières-les-Bains.
Emploi : anticipation, formation et sécurisation
Emploi : anticipation, formation et sécurisation
Un colloque a eu lieu récemment au Grand Hôtel de Plombières-les-Bains.

© Vosges Matin, Mercredi le 26 Septembre 2012 / Vosges

 

 

Le secrétaire régional de la CFDT (2e en partant de la gauche) a pris exemple sur les Thermes où il est intervenu dans le reclassement.

Plombières-les-Bains

Accompagner les employés dans le contexte de mutation économique et les aider à anticiper leur avenir, tel était le thème de la réunion qui s'est tenue en présence de Vincent Berton, secrétaire général de la préfecture, et de Sébastien Hach, de l'UT 88 de la Direcct Lorraine. De nombreux acteurs de l'emploi étaient aussi autour de la table comme le Pôle emploi de Remiremont, l'AFPA Transitions et les Thermes de Plombières.

L'occasion de rappeler avec force qu'il ne faut pas se réveiller après que les licenciements soient effectués mais anticiper cette éventualité en favorisant l'apprentissage à d'autres métiers complémentaires. Les mutations économiques en cours obligent à revoir le problème de l'employabilité et de la sécurisation en mettant en place des outils de la transition professionnelle.

L'AFPA Transitions a ainsi mobilisé ses outils aux Thermes de Plombières pour établir un diagnostic à la fois collectif et individuel d'employabilité et de transfert de compétences. L'objectif étant de mettre sur pied un projet de reconversion individualisé.

L'exemple des Thermes

En tant que secrétaire régional de la CFDT, Christophe Thomas est notamment chargé de l'emploi et de la sécurisation des parcours professionnels. Il a expliqué que lors de la reprise des Thermes par Ben Saïd, la CFDT a voulu s'impliquer dans le dossier de reclassement. « On avait un accord avec la direction pour travailler sur la sécurisation des parcours des gens qui restaient dans le groupe (des CDI et des saisonniers). La direction a dit banco. Ils ont repris le 1er mai et le 15 mai, on avait déjà notre réunion de travail », raconte Christophe Thomas. Une manière de « sécuriser le parcours des saisonniers afin qu'ils puissent être employés hors saison pour des travaux d'entretien, de carrelage ou pour qu'ils puissent travailler à La Bresse en hôtellerie ». Et faire en sorte ainsi qu'ils aient un emploi toute l'année.