Grève à la Protection judiciaire de la jeunesse

Publié le 16/06/2011
45 % des personnels vosgiens ont cessé hier le travail afin de réclamer davantage de moyens humainset financiers au service des mineurs délinquants ou en danger.
Grève à la Protection judiciaire de la jeunesse
Grève à la Protection judiciaire de la jeunesse
45 % des personnels vosgiens ont cessé hier le travail afin de réclamer davantage de moyens humainset financiers au service des mineurs délinquants ou en danger.

Vosges Matin, Jeudi le 16 Juin 2011 / Vosges


 

Les représentants du SNEPS et de la CFDT appelaient hier à une journée de grève départementale. (Photo Jérôme HUMBRECHT)

EPINAL. La Révision générale des politiques publiques (RGPP) intéressant directement la Protection judiciaire de la jeunesse est loin de faire l'unanimité parmi les partenaires sociaux.

Pour le SNEPS-PJJ/FSU et la CFDT, cette réorganisation territoriale se traduit par des restrictions budgétaires portant atteinte à la qualité du service public. Dénonçant l'actuelle politique gouvernementale, les deux centrales syndicales appelaient hier à une grève départementale. Justifiant cette action revendicative, Sébastien Maucotel, représentant du SNPES (Syndicat national des personnels de l'éducation et du social) dresse un rapide état des lieux.

« Nous étions 70 personnes dans les Vosges en 2008. Nous ne sommes plus que 30 aujourd'hui. En date du 3 juin, la psychologue du Service territorial éducatif de milieu ouvert s'est vue signifier la fin de son contrat à compter de ce mois écoulé. A ce jour, le service a en charge environ 100 mesures d'Investigation et d'Orientation éducative pour 2,6 équivalents temps plein de psychologue. C'est nettement insuffisant. Nos missions sont mises à mal alors que nous effectuons un travail de qualité ».

Après les fermetures du Foyer d'action éducative et de la direction départementale rapatriée sur Nancy, les personnels souhaitent l'obtention de moyens pluridisciplinaires à la hauteur des mesures pénales et civiles prescrites par les magistrats de la jeunesse.

Pour mémoire, les professionnels de la PJJ apportent un soutien permanent à la Justice en menant au quotidien des actions d'éducation, d'insertion sociale, scolaire et professionnelle en direction des jeunes sous mandat judiciaire, pénal ou civil.