Journée du refus de la misère

Publié le 17/10/2011
Un vibrant hommage à Joël Lassus
Journée du refus de la misère
Journée du refus de la misère
Un vibrant hommage à Joël Lassus

© Vosges Matin, Lundi le 17 Octobre 2011 / Remiremont

 

 

L'Union des écrivains vosgiens et Mots Tissés ont débuté la journée à Zeller.

Beaucoup de monde sous les arcades, à l'occasion de cette journée de refus contre la misère.

Comme partout en France, le collectif d'associations du secteur romarimontain s'est mobilisé le 15 octobre, pour refuser la misère, avec un thème « Quelle école pour quelle société ». La journée a débuté en matinée à Zeller, avec l'Union des écrivains vosgiens et l'association « Mots Tissés » qui se sont mobilisés autour de nombreux textes destinés à sensibiliser le grand public sur la misère, et sur les solutions pour en sortir.

Des textes qui ont été restitués en début d'après-midi, sous les arcades romarimontaines. Le responsable du collectif Luc Barnet a lu également des textes vibrants, des chants, et la chorale des Fifrelus, dirigée par Anne Fredriksen, a entonné avec beauté et émotion des chants de révolte, comme « Les Canuts », ou de dénonciation de la misère. S'en est suivi un cortège en guitare, jusqu'à Zeller, emmené par Michel Génini et Vincent Decombis. Là, chants, textes, échanges, rencontres et séquences théâtrales se sont succédé, telles des scènes de grève contemporaines et de 1920, avec drapeaux d'époque.

L'après-midi s'est poursuivi avec l'accueil des nombreuses associations caritatives, piliers du refus de la misère, ont été reçues : ATD quart monde, Amitié Togo, Mousse citoyenne, Secours catholique, troupe de théâtre CTPS, Récré, mouvement le Nid, société Saint-Vincent-de-Paul, Amnesty international, Artisans du monde, Union locale CFDT.

Des associations qui toutes ont été unanimes et ont rendu un vibrant hommage à l'un des leurs, Joël Lassus, décédé la veille de cette journée, une journée dont il a été longtemps le coordinateur. Et le final de la manifestation lui a bien sûr été dédié, avec la lecture d'un poème, « Il est mort comme du bois sec » en hommage à celui qui a été en outre secrétaire de l'Union des écrivains vosgiens et de Recré.