Manifestation : la CFDT santé dénonce les restrictions budgétaires

Publié le 03/12/2010
Cinquante personnes ont manifesté hier devant le foyer de l'enfance de Golbey pour dénoncer les conditions de travail.
Manifestation : la CFDT santé dénonce les restrictions budgétaires
Manifestation : la CFDT santé dénonce les restrictions budgétaires
Cinquante personnes ont manifesté hier devant le foyer de l'enfance de Golbey pour dénoncer les conditions de travail.

Vosges Matin, Vendredi le 03 Décembre 2010 / Vosges 

Une cinquantaine de personnes ont manifesté hier devant le foyer de l'enfance de Golbey symboliquement pour dénoncer les conditions de travail des éducateurs. (Photo J.H.)

La mise à pied d'un éducateur du foyer de l'enfance de Golbey il y a huit mois a mis la puce à l'oreille de la CFDT santé-sociaux. Cette personne, aux responsabilités syndicales affichées travaillait depuis 20 ans dans l'établissement, sans vagues. Le conseil général a décidé d'entamer une action contre lui suite à un différent avec un adolescent du foyer. Il devrait, suite à cette plainte, passer devant le conseil de discipline prochainement.

La CFDT santé-sociaux représentée par Patricia Hacquard, sa secrétaire générale, ne l'entend pas de cette oreille. Elle soutient son délégué dans un premier temps. Dans un deuxième temps, elle dénonce les problèmes d'effectifs et les restrictions budgétaires qui touchent le secteur.

Hier, une manifestation symbolique a eu lieu devant le foyer de l'enfance golbéen concerné. En parallèle, des personnels du secteur ont débrayé ponctuellement dans leurs établissements. « Le syndicat ne comprend pas que le conseil général puisse laisser les professionnels travailler en effectifs réduits pour encadrer les enfants, qu'il puisse dire que les professionnels sont maltraitants. Le syndicat dit STOP. » Un directeur par intérim a été nommé. La CFDT espère qu'il recadrera les rôles.

Même souci du côté de l'ITEP (Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique) de Mirecourt où, selon le syndicat, les professionnels éducatifs sont malmenés. « Nous avons alerté sur les rôles et les missions de chacun par un courrier adressé à l'inspection académique, restée muette à ce jour ainsi qu'à la direction de l'établissement. » Le directeur a été attentif. Un audit a été demandé. Toutefois une autre faille se dessine : un problème avec un médecin du travail. Il ne soutiendrait pas les agents en difficultés.

Le syndicat invite à déposer plainte si des salariés se font insulter ou agresser, ou dès qu'ils ne pourront plus assumer leur rôle. « Nous sommes une vitrine sociale où seuls les professionnels connaissent l'envers du décor », conclut le tract distribué hier à l'issue de ce mouvement.