Nestlé Waters : "Une plus grande flexibilité du personnel"

Publié le 05/12/2009
Le nouveau plan de réduction des effectifs de Nestlé Waters visant 250 salaries devrait s'accompagner prochainement d'une plus grande flexibilité du personnel restant.
Nestlé Waters : "Une plus grande flexibilité du personnel"
Nestlé Waters : "Une plus grande flexibilité du personnel"
Le nouveau plan de réduction des effectifs de Nestlé Waters visant 250 salaries devrait s'accompagner prochainement d'une plus grande flexibilité du personnel restant.
L'accompagnement des salariés pour des départs volontaires inquiète certains élus et des syndicalistes dans un contexte économique où la création d'entreprise est loin d'être évidente.

Un nouveau plan de compression des effectifs Nestlé Waters Vosges de 250 personnes sous la forme de départs volontaires avec un accompagnement financier n'a pas suscité d'opposition notable de la part des élus et des syndicats. Chacun attend d'en savoir plus avant de réagir. Il faut dire que l'expérience d'une multinationale parfaitement rompue dans le management en douceur et sans vague, fonctionne à merveille. Une convention de redynamisation signée par Nestlé Waters voici quelques semaines visant à investir 2 millions d'euros pour aider à l'implantation d'entreprises sur le secteur avait parfaitement préparé le terrain. Cependant, la direction a démontré que cette décision était le reflet d'un marché en net recul. 'Cette année, nous allons encore perdre 100 000 de cols. Toutefois grâce à nos efforts en communication et marketing notre baisse est inférieure à celle du marché mais 60 000 de cols en dessous de nos objectifs. Le groupe a investi 125 millions en quatre ans', énumère Véronique Fontaine, directrice du site vosgien. Face à des chiffres difficiles, une multinationale 'qui se respecte' se devait de réagir avec un plan adapté à une hémorragie chronique. 'L'application du plan d'accompagnement des 250 départs volontaires s'effectuera en deux étapes : 100 personnes en 2010 et 150 en 2011', précise la directrice avec la conviction d'un chef d'entreprise maîtrisant parfaitement son plan d'actions. Une plus grande flexibilité à l'horizon La révolution industrielle imaginée par les responsables ne s'arrête pas à cette seule décision. Une adaptation au marché actuel a fait l'objet d'une réflexion logistique plus poussée. 'En nous appuyant sur l'évolution de nos clients, nous allons améliorer la logistique et acquérir une plus grande flexibilité du personnel en fonction des commandes. Notre volonté consiste à devenir plus réactif vis-à-vis de nos clients afin de les satisfaire tout de suite', révèle Véronique Fontaine-Heim dont la méthodologie pour améliorer cette flexibilité demeure interne à l'entreprise. Dans les semaines à venir, les réunions entre les représentants des salariés et la direction permettront d'affiner les modalités du nouveau plan de départs volontaires ainsi que la prochaine organisation du travail afin de coller au plus juste avec l'évolution d'un marché. Tout un programme et de belles négociations en perspective ! Eric NURDIN 'Toute suppression s'avère de trop' 'D'un point de vue social, toute suppression de poste s'avère de trop. Toutefois la manière dont se dessinent les suppressions d'emploi sous la forme d'un accompagnement de départs volontaires est acceptable, exprime Eric Péry, délégué CFDT, toutefois je demeure persuadé que Nestlé Waters avait les moyens de supporter un sureffectif pendant un an et demi en attendant un rétablissement des commandes. C'était un effort logique en retour des années de bénéfices que le personnel a permis de réaliser.' L'annonce d'un plan excluant tous les licenciements secs ne rassure pas totalement le syndicaliste. 'Trouver 250 salariés prêts à tenter leur chance et quitter l'usine n'est pas une mince affaire. Je m'inquiète d'autant plus que la pression actuelle peut déclencher la décision de partir parmi certains d'entre nous. Sont-ils capables ensuite de créer une entreprise, rien n'est moins sûr pour quelques-uns.' La réflexion de la CFDT va plus loin à propos de l'avenir du site qui est appelé à produire un volume équivalent avec un effectif amputé de 25 % de ses forces vives. 'En s'appuyant sur la volonté de la direction de maintenir un niveau de production stable, nous nous interrogeons sur la faisabilité pour y parvenir.' En sachant que l'effectif va baisser de 250 plus 130 encore présents du précédent plan, il va falloir réaliser le même nombre de cols (1,2 milliard) avec 380 personnes en moins. 'C'est donc la faisabilité sociale qui nous intéresse. Nous ne sommes pas dupes lorsque la direction nous donne un document de 145 pages en fin de séance lundi. Au CE, jeudi 3 décembre, nous éplucherions tout au plus 30 pages pour enchaîner le mardi 8 décembre sur les modalités d'accompagnement. Au début, on subit après on verra !', promet Eric Péry. E.N.

Eric NURDIN
Mercredi 25 Novembre 2009, © Vosges Matin / VOSGES