Perte d'autonomie : une faible mobilisation des retraités

Publié le 26/11/2010
Une quarantaine de personnes se sont rassemblées hier matin devant la préfecture en vue d'une prise en charge collective et sans barrière d'âge des personnes en situation de handicap.
Perte d'autonomie : une faible mobilisation des retraités
Perte d'autonomie : une faible mobilisation des retraités
Une quarantaine de personnes se sont rassemblées hier matin devant la préfecture en vue d'une prise en charge collective et sans barrière d'âge des personnes en situation de handicap.

Vosges Matin, Vendredi le 26 Novembre 2010 / Vosges

En raison des mauvaises conditions météo la mobilisation n'a pas été à la hauteur des espoirs des organisateurs. (Photo PG)

Dans le cadre d'une journée d'action nationale, les organisations syndicales de retraités (CFDT, CFE-CGC, CGT, FSU, FGRFP et UNSA) appelaient hier à un rassemblement devant la préfecture. Objet de cette manifestation : l'ouverture de réelles négociations concernant la prise en compte par la Sécurité sociale de la perte d'autonomie. « Il s'agit d'un enjeu de société qui demande une réponse de l'ensemble la collectivité » précisait hier un délégué de la CFDT. « Ce dossier doit nous conduire à une continuité de dispositifs adaptés aux situations spécifiques tout au long de la vie. Nous attendons donc des engagements fermes de l'Etat. »

Hier lors d'une entrevue avec le préfet, les représentants de l'intersyndicale ont fait part de leur opposition face à l'éventualité du financement de la perte d'autonomie par des assurances privées. Dans le même temps ils ont mis l'accent sur la nécessité de « trouver des solutions urgentes afin de répondre aux difficultés financières rencontrées par les associations vosgiennes d'aide à domicile ». Une occasion également de dénoncer « le fait qu'en maison de retraite, le tarif d'hébergement soit largement supérieur au montant moyen des pensions des retraités ».

A ce propos, l'intersyndicale note que le nombre de places en Ehpad (Etablissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) demeure à ce jour largement insuffisant et ne répond nullement aux besoins d'accueil.