Une stratégie économique autour de la filière bois

Publié le 13/06/2012
L'hémorragie des emplois dans la filière bois est considérée comme une priorité par les candidats. « Avec l'absence de stratégie économique, les bois feuillus et résineux des forêts partent et reviennent en produits finis.
Une stratégie économique autour de la filière bois
Une stratégie économique autour de la filière bois
L'hémorragie des emplois dans la filière bois est considérée comme une priorité par les candidats. « Avec l'absence de stratégie économique, les bois feuillus et résineux des forêts partent et reviennent en produits finis.

© Vosges Matin, Mercredi le 13 Juin 2012 / Fait du jour

 

 

Fin 2011, les deux élus se sont mobilisés pour conserver deux arrêts TGV en gare de Neufchâteau.

Il faut chercher à implanter de la transformation. Si vous n'avez pas un appui fort entre l'Etat et la Région, c'est difficile », propose Christian Franqueville. « Avec un taux de chômage inférieur à 9,5 %, la Plaine se situe à un meilleur niveau que le département, la région ou même le territoire national. Une convention de 300 emplois a été signée entre l'Etat et Nestlé Waters, dont 169 emplois déjà créés. Au moment des difficultés de Manuest, j'ai pris contact avec Kingfisher et M. Weber. 150 emplois ont été sauvés ! », résumait Jean-Jacques Gaultier. Son enthousiasme n'est pas partagé par son rival politique. « Les représentants de la CFDT pourraient témoigner de mon implication pour Manuest en juillet 2010. Le 22 décembre 2010, je mangeais à Gérardmer avec M. Weber en compagnie de Jean-Pierre Masseret, président de la Région. Aujourd'hui, vous parlez de la création de 300 emplois alors que 400 ont été supprimés dans le même temps. Votre discussion n'est en fait qu'une escroquerie intellectuelle », assène Christian Franqueville en vantant les contrats de génération prévus dans le programme Hollande.

E.N.