« Il ne faut pas s'accrocher absolument à l'objectif de 3 % pour 2013. »

Publié le 13/09/2012
Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a estimé hier que « s'accrocher » à l'objectif de réduire à 3 % du PIB le déficit public en 2013 risquait d'aggraver la situation économique, notamment sur le front de l'emploi.
« Il ne faut pas s'accrocher absolument à l'objectif de 3 % pour 2013. »
« Il ne faut pas s'accrocher absolument à l'objectif de 3 % pour 2013. »
Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, a estimé hier que « s'accrocher » à l'objectif de réduire à 3 % du PIB le déficit public en 2013 risquait d'aggraver la situation économique, notamment sur le front de l'emploi.

© Le Républicain Lorrain, Jeudi le 13 Septembre 2012 / IG /

 

 

Photo Anthony PICORÉ

 

« Certes, il faut maîtriser les dépenses publiques. La CFDT est favorable à une maîtrise des dépenses publiques, mais si la situation économique s'aggrave, se raccrocher absolument aux 3 % risque de mettre en difficulté, de façon plus importante », a déclaré Chérèque. Dans ce contexte, selon lui, François Hollande a fait « un pari risqué », en affirmant sa volonté d'« inverser la courbe du chômage d'ici un an ».