Aéroports : la grève se poursuit aujourd'hui

Publié le 17/12/2011
La grève d'agents de sûreté aéroportuaire, chargés du contrôle avant l'embarquement, devait se poursuivre partiellement aujourd'hui, notamment à Roissy, après avoir entraîné hier des perturbations dans le trafic aérien et l'annulation de tous les vols au départ de Lyon.
Aéroports : la grève se poursuit aujourd'hui
Aéroports : la grève se poursuit aujourd'hui
La grève d'agents de sûreté aéroportuaire, chargés du contrôle avant l'embarquement, devait se poursuivre partiellement aujourd'hui, notamment à Roissy, après avoir entraîné hier des perturbations dans le trafic aérien et l'annulation de tous les vols au départ de Lyon.

© Vosges Matin, Samedi le 17 Décembre 2011 / France 
 
La totalité des vols au départ de l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry a été annulée hier à partir de la mi-journée. (AFP) 

La grève a été lancée hier par les syndicats des entreprises de sûreté aéroportuaire, qui emploient 10 000 salariés (ICTS France, Securitas, Brink's, Alyzia Sûreté, I Sec, Vigimark, Samsic, Serris, Securus). Elle a été suivie à 50 %, selon le Sesa (syndicat des entreprises aéroportuaires), la fédération patronale.

Faute d'ouverture de négociations sur les salaires et les conditions de travail, les agents de Roissy ont décidé de reconduire la grève ce samedi, premier jour des vacances de Noël, selon un communiqué CFDT, CFTC, CGT, FO, Sud et Unsa, et appellent à un rassemblement à 9 h.

« Nos conditions de travail empirent chaque jour, on subit de plus en plus de pression, on est de moins en moins nombreux sur les filtres, et notre pouvoir d'achat ne cesse de baisser », déplore Christine Hamiani, déléguée CGT Brink's à Roissy. Les agents gagnent de 1 100 à 1 400 euros en moyenne, selon les syndicats, 1 600 selon le Sesa.

La CGT appelle en outre à poursuivre la grève à Lyon, ville la plus touchée hier où 400 agents ont cessé leur travail.

A Lyon-Saint-Exupéry, tous les vols au départ ont été annulés à 12 h 50 pour le reste de la journée, laissant près de 2 000 passagers bloqués. En revanche, les arrivées ont été maintenues mais sans correspondance possible.

Les aéroports de Toulouse et de Roissy ont aussi été touchés par la grève, tandis que les intempéries ont affecté les vols dans l'Ouest, ainsi qu'en région parisienne, provoquant des annulations à Bordeaux et Toulouse.

La grève a allongé les temps de contrôles : entre 30 minutes et une heure à Roissy, deux heures à Lyon contre 15 minutes habituellement, et des retards de 20 minutes en moyenne à Toulouse-Blagnac.

A Roissy, Aéroports de Paris (ADP) a indiqué en début de soirée que des temps d'attente entre 20 et 40 minutes étaient à prévoir, et des retards de 30 à 45 minutes au départ de certains vols.

Plus de 200 grévistes ont défilé dans l'après-midi dans les terminaux de l'aéroport parisien, scandant « sûreté négligée, passagers en danger ».

« On n'est pas là pour embêter les voyageurs mais pour que les patrons respectent nos revendications », a déclaré Danièle Hanrion, déléguée CGT de l'entreprise de sécurité ICTS France, à Roissy.

Les agents se déclarent en grève au moment de leur prise de fonction, qui intervient toutes les heures, ce qui complique les prévisions.