Air France va supprimer plus de 5 000 postes

Publié le 22/06/2012
Air France a annoncé hier la suppression d'ici décembre 2013 de 5 122 postes. Sans licenciement, si les syndicats signent les accords d'entreprise.
Air France va supprimer plus de 5 000 postes
Air France va supprimer plus de 5 000 postes
Air France a annoncé hier la suppression d'ici décembre 2013 de 5 122 postes. Sans licenciement, si les syndicats signent les accords d'entreprise.

© Le Républicain Lorrain, Vendredi le 22 Juin 2012 / IG /

 

 

Malgré ses difficultés financières, Air France-KLM reste le deuxième groupe aérien européen avec 75,8 millions de passagers et 1,1 million de tonnes de fret transportés en 2011. Photo AFP

La direction d'Air France a annoncé hier son intention de supprimer plus de 5 000 postes avant fin 2013, sans licenciement à condition que les syndicats valident les efforts demandés aux salariés pour tenter de redresser la compagnie au bord du gouffre. La compagnie veut réduire au plus vite ses coûts salariaux et, au lieu d'étaler ces suppressions sur trois ans, elle le fera en 18 mois. Elle entend faire fondre ses effectifs (49 301) de 10 % dès fin 2013. Sur les 5 122 postes à supprimer, 1 712 correspondent à des départs naturels non remplacés et 3 410 au sureffectif estimé de la compagnie, soit 6,9 % du personnel. Les emplois appelés à disparaître concernent pour près des deux tiers (2 056 postes) des personnels au sol. Mais la cure d'amaigrissement doit aussi toucher 904 personnels navigants commerciaux (PNC) et 450 pilotes.
Garanties demandées

Ces suppressions se feront via des incitations aux départs en retraite ou aux départs volontaires, au passage à temps partiel, ou par un partage du temps de travail pour les PNC (hôtesses/stewards) et les pilotes. Ces derniers ont déploré être exclus du plan de départs volontaires. Le PDG d'Air France Alexandre de Juniac a expliqué qu'un plan spécifique aux pilotes serait trop coûteux. Il les a invités à considérer le temps partiel ou à passer à la filiale Transavia.

Si le plan Transform se déroule comme prévu, permettant d'atteindre l'objectif de 20 % d'efficacité économique, le recours à des départs contraints sera évité en 2014, souligne la compagnie. La direction s'engage à ne pas recourir aux licenciements avant fin 2013 à condition que les syndicats adhèrent à ce plan de redressement. Cela « ne nous satisfait pas. Nous demandons un engagement formel sur la totalité du plan », soit 2015, a réagi Michel Salomon (CFDT). « 10 % d'effectif en moins, c'est beaucoup, d'autant plus qu'on a eu récemment un plan de départs volontaires. [...] Sans garanties en échange, ça va être difficile d'avoir la signature des syndicats », prévient-il. La CFE-CGC, autre syndicat représentatif, a émis la même demande : des garanties sur l'emploi jusqu'en 2015. Au total, le groupe Air France-KLM vise deux milliards d'économies à l'horizon 2015. Une version finale de Transform 2015 doit être présentée en comité central d'entreprise le 28 juin. La direction aura alors un mois pour convaincre les syndicats de la signer, notamment ceux des PNC, les plus réticents.