Austérité : les syndicats montent au front

Publié le 19/11/2011
Sans appeler à la grève, l'intersyndicale va organiser une campagne contre la politique d'austérité du 1er au 15 décembre.
Austérité : les syndicats montent au front
Austérité : les syndicats montent au front
Sans appeler à la grève, l'intersyndicale va organiser une campagne contre la politique d'austérité du 1er au 15 décembre.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 19 Novembre 2011 / IG
 
« On n'est pas à l'abri d'autres mesures » d'austérité, a justifié Nadine Prigent, numéro deux de la CGT. Photo AFP

Réunis au siège de la CGT à Montreuil, cinq syndicats (CGT, CFDT, FSU, Solidaires et Unsa) ont lancé hier l'idée d'une « journée nationale de mobilisations interprofessionnelles, notamment avec des rassemblements » le 13 décembre pour protester contre la politique du gouvernement face à la crise. Ils ont également lancé un « appel commun » aux salariés pour « interpeller le gouvernement, les élus et les responsables d'entreprises dans la période du 1er au 15 décembre », estimant que le gouvernement « fait porter les efforts sur les salariés, ce qui creuse les inégalités et plonge des milliers de familles dans les difficultés sociales ».

« Le syndicalisme a décidé de relever le défi, de montrer qu'il y a d'autres actions possibles. Et je pense qu'on n'est pas à l'abri d'autres mesures » d'austérité du gouvernement, a déclaré Nadine Prigent, numéro deux de la CGT, à l'issue de près de quatre heures de réunion.

Un texte commun synthétisant les critiques, revendications et propositions de l'intersyndicale va être rédigé d'ici le début de la semaine prochaine. Il sera ensuite largement diffusé auprès des salariés, élus, préfets et employeurs, la première quinzaine de décembre.

Divergences

« Il faut se donner du temps pour tenter de toucher le maximum de personnes et pas faire ça sur une seule journée. La journée du 13 sera une journée pour mettre l'accent sur ces initiatives », a précisé Marcel Grignard (CFDT), espérant dépasser la simple « mobilisation militante » du 11 octobre (journée interprofessionnelle contre le plan de rigueur). FO, qui participait pour la première fois depuis deux ans à cette intersyndicale, a indiqué qu'il ne signerait pas cet appel commun mais s'associerait à la journée du 13 décembre. La centrale de Jean-Claude Mailly revendiquera, dans le cadre de cette journée, un appel à la grève, option qui n'a pas été retenue par les autres organisations. La CFTC, qui devait initialement être présente à cette réunion, était finalement absente.

L'intersyndicale n'a pas appelé à la grève car « les salariés n'y sont pas prêts », a expliqué Jean Grosset (Unsa). « Les périodes de difficultés sociales ne sont pas des périodes de mobilisations faciles », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, tous les syndicats des collèges et lycées appellent à la grève le 15 décembre pour dénoncer le projet de réforme d'évaluation des enseignants. Le SNUIpp, premier syndicat des professeurs des écoles, appelle également à cesser le travail ce jour-là.