Besançon : aucun bus ce lundi

Publié le 03/09/2012
Ce n'était plus arrivé depuis 2008. Ce lundi sera une journée sans bus à Besançon. L'impact sera bien évidemment important puisqu'en moyenne, le lundi, 35 000 personnes empruntent le bus de ville pour un total de 60 à 70 000 voyages durant la journée.
Besançon : aucun bus ce lundi
Besançon : aucun bus ce lundi
Ce n'était plus arrivé depuis 2008. Ce lundi sera une journée sans bus à Besançon. L'impact sera bien évidemment important puisqu'en moyenne, le lundi, 35 000 personnes empruntent le bus de ville pour un total de 60 à 70 000 voyages durant la journée.

© Vosges Matin, Lundi le 03 Septembre 2012 / Région Vosges

 

 

Lundi, il faudra trouver un autre moyen que le bus pour se déplacer. Photo Ludovic LAUDE

Comme le prévoit leur statut, les conducteurs de bus devaient déclarer avant vendredi soir leur volonté d'être en grève lundi. Presque huit d'entre eux sur dix l'ont fait.

Près de 300 chauffeurs ont donc répondu à l'appel des deux syndicats, CGT et CFDT, qui avait déposé un préavis de grève en milieu de semaine. Un tel écho satisfait amplement les représentants du personnel qui soulèvent « depuis des années les mauvaises conditions de travail, lesquelles se sont encore accentuées depuis le début des travaux du tram, notamment au travers des plaintes des usagers ».

Les organisations syndicales dénoncent également le « non-respect d'une mise en demeure de l'inspection du travail qui oblige Transdev et la CAGB à mettre aux normes les sanitaires de sept terminus ». « Pour se laver les mains, il faut être super motivé et surtout pas pressé », explique Didier Gautier, le délégué syndical de la CGT. « Vous retournez au volant avec les mains sales, vous distribuez des tickets... c'est inadmissible ».

La CGT, la CFDT, suivies par l'Unsa, ont décidé de tenir une assemblée générale ce lundi à 9 h au dépôt de Planoise. « Nous proposerons aux salariés grévistes de converger vers le siège de la CAGB pour y manifester nos revendications ».

Des revendications qui ne sont pas nouvelles puisqu'elles avaient à nouveau été présentées jeudi dernier lors d'une réunion entre syndicats, direction et responsables de l'Agglo.

Pour la direction, « les négociations ont eu lieu mais, visiblement, ça n'a pas suffi. C'est bien triste parce que ce sont les clients qui vont être pénalisés ».