Chérèque pour une hausse de la CSG, pas de la TVA

Publié le 16/01/2012
Le leader de la CFDT François Chérèque a écarté hier toute hausse de la TVA et défendu celle de la contribution sociale généralisée (CSG) pour alléger le coût du travail et assurer le financement de la protection sociale, l'un des thèmes du sommet social du 18 janvier.
Chérèque pour une hausse de la CSG, pas de la TVA
Chérèque pour une hausse de la CSG, pas de la TVA
Le leader de la CFDT François Chérèque a écarté hier toute hausse de la TVA et défendu celle de la contribution sociale généralisée (CSG) pour alléger le coût du travail et assurer le financement de la protection sociale, l'un des thèmes du sommet social du 18 janvier.

© Vosges Matin, Lundi le 16 Janvier 2012 / France

« Nous serons contre toute augmentation de la TVA parce qu'elle touche les salariés les plus modestes », a déclaré M. Chérèque sur Europe 1. « Avec la CSG, on gagne du pouvoir d'achat et en compétitivité pour les entreprises », a-t-il avancé en précisant qu'une baisse de 1 % des cotisations pouvait être compensée par une hausse de 0,7 % de la CSG. « La différence, c'est le capital qui paye », a ajouté le syndicaliste.

L'assiette de la CSG, instaurée en 1990, comprend les salaires mais aussi les revenus du patrimoine et de placements.

« La TVA sociale, c'est d'abord de la TVA et c'est donc une perte de pouvoir d'achat des salariés », a poursuivi François Chérèque.

« Et personne n'est assuré que cet argent-là ira à la protection sociale, car cela ira au budget de l'Etat », a-t-il aussi fait valoir.

Une éventuelle hausse de la TVA a été mise par le gouvernement au menu du sommet social, comme le seront les accords d'entreprise compétitivité-emploi et le chômage partiel.