Chômeurs seniors : l'allocation revient

Publié le 04/10/2011
Le dispositif, qui s'éteindra en 2014, bénéficiera aux chômeurs nés entre juillet 1951 et décembre 1953, avec un effet rétroactif.
Chômeurs seniors : l'allocation revient
Chômeurs seniors : l'allocation revient
Le dispositif, qui s'éteindra en 2014, bénéficiera aux chômeurs nés entre juillet 1951 et décembre 1953, avec un effet rétroactif.

© Le Républicain Lorrain, Mardi le 04 Octobre 2011 / IG /

 

 

Le coût de la mesure, 30 MEUR jusqu'en 2014, sera « assumé » par l'Etat, a soulignéXavier Bertrand. Photo AFP

L'allocation équivalent retraite (AER), qui s'appellera désormais « allocation transitoire de solidarité », va être rétablie pour les chômeurs de plus 60 ans ayant suffisamment cotisé pour la retraite sans avoir l'âge légal, a annoncé hier le ministre du Travail Xavier Bertrand. Le dispositif, qui s'éteindra en 2014, bénéficiera aux chômeurs nés entre juillet 1951 et décembre 1953, avec un effet rétroactif au mois de juillet. Il devrait concerner 11 000 personnes. Le coût de la mesure, évalué à 30 millions d'euros jusqu'en 2014, sera entièrement « assumé » par l'Etat, a souligné le ministre.

L'ATS permettra donc à ces chômeurs de toucher au total environ 1 000 euros par mois avant de pouvoir liquider leur retraite. Aux chômeurs de plus 60 ans qui reçoivent encore une indemnisation, mais inférieure à 1 000 EUR, l'Etat versera la différence, ce qui portera à 40 MEUR le coût total de l'ATS.

Le gouvernement avait définitivement supprimé l'AER le 1erjanvier dernier, sauf pour ceux qui la touchaient déjà, laissant des milliers de seniors avec au mieux l'Allocation spécifique de solidarité (467EUR mensuels maximum) allouée aux chômeurs en fin de droits, jusqu'à l'âge officiel du départ en retraite. Or depuis le 1er juillet cet âge s'accroît de quatre mois par an. Les syndicats avaient à plusieurs reprises appelé au rétablissement de l'AER, qui bénéficiait à 30 000 personnes.

Laurent Berger de la CFDT s'est réjoui lundi auprès de l'AFP de ce « rétablissement partiel » de l'AER, mais a demandé au gouvernement « d'aller plus loin » pour un rétablissement total de l'AER qui concernait aussi les chômeurs de moins de 60 ans.