Contestation : les modalités de la nouvelle journée d'action arrêtées le 8 novembre

Publié le 05/11/2010
Retraites : les syndicats d'accord sur un 9e rendez-vous
Contestation : les modalités de la nouvelle journée d'action arrêtées le 8 novembre
Contestation : les modalités de la nouvelle journée d'action arrêtées le 8 novembre
Retraites : les syndicats d'accord sur un 9e rendez-vous

L'Est Républicain, Vendredi le 05 Novembre 2010 / Ouverture France-Monde
 

 

L'intersyndicale s'est retrouvé au complet ? Photo AFP

L'intersyndicale se réunissait hier pour décider des suites de la contestation sur les retraites dans l'attente d'une huitième manifestation samedi et sur fond d'actions de blocage ponctuelles.

Le texte adopté par le Parlement attend le verdict du Conseil constitutionnel avant d'être promulgué.

Elle a décidé d'appeler à «un nouveau rendez-vous national de mobilisation» contre la réforme des retraites «dans la semaine du 22 au 26 novembre» et dont les modalités seront arrêtées lors de la prochaine réunion de l'intersyndicale, le 8 novembre.

La réunion, qui se tenait au siège de la CFE-CGC, à Paris, réunissait les huit organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Unsa et Solidaires).

Force ouvrière avait indiqué que son organisation avait une nouvelle fois plaidé pour une journée de grève de 24H00, une proposition non retenue par les autres syndicats. «On voit bien qu'en termes de modalités d'action, il y a une difficulté à se mettre d'accord», avait dit un responsable. Il a précisé que FO n'acceptait pas l'élargissement de la revendication «à d'autres sujets que les retraites comme l'emploi».

Dès la veille de la réunion de l'intersyndicale la CGT avait fait savoir publiquement- fait inhabituel- qu'elle proposerait à ses partenaires une nouvelle mobilisation nationale interprofessionnelle «dans le courant du mois de novembre».

De son côté, la secrétaire générale de la FSU avait assuré qu'il fallait «un nouveau rendez-vous, au plus près de la promulgation» de la loi, dont la date reste incertaine puisque les neuf Sages disposent d'un mois avant de décider. «Il faut tenter tout ce qui est possible jusqu'au bout pour essayer d'empêcher la promulgation», avait-elle estimé précisant que la FSU «est ouverte sur les formes de ce nouveau rendez-vous national» qui, toutefois, doit être «fort, et dans la lignée des actions menées jusqu'à présent».

L'Unsa était «réservée sur une nouvelle journée avec une forme identique. On peut éventuellement proposer un temps fort autour de la promulgation» de la loi, et prendre «une décision le 8 ou le 9 novembre en fonction du monde dans la rue le 6». Mais, avait ajouté son numéro 2, «l'intersyndicale va réfléchir à la proposition de la CGT car il n'est pas question que la CGT prenne un camouflet».

Pour le président de la CFTC, «l'intersyndicale peut rester très présente sur les retraites en imaginant d'autres formes d'action» que des manifestations.