Crainte de plan social à Rouffach

Publié le 31/12/2011
À Rouffach, en Alsace, où sont également produits des systèmes de refroidissement pour l'automobile, la situation n'est pas moins tendue... Les négociations annuelles obligatoires ne débuteront qu'en janvier. L'an passé, elles avaient, comme à Hambach, donné lieu à une grève, « très suivie à la production », explique une syndicaliste CFDT.
Crainte de plan social à Rouffach
Crainte de plan social à Rouffach
À Rouffach, en Alsace, où sont également produits des systèmes de refroidissement pour l'automobile, la situation n'est pas moins tendue... Les négociations annuelles obligatoires ne débuteront qu'en janvier. L'an passé, elles avaient, comme à Hambach, donné lieu à une grève, « très suivie à la production », explique une syndicaliste CFDT.

© Le Républicain Lorrain, Samedi le 31 Décembre 2011 / FOR

Autre point commun avec le site lorrain, la baisse du nombre de CDI, dans des proportions sensiblement moindre, 3 à 4 salariés par mois, par le biais de départs en retraite, mais surtout de ces fameuses ruptures conventionnelles... « On pousse les gens vers la porte », explique Omar Benrabah, délégué CFDT à Rouffach. L'entreprise compte encore plus de 1 000 salariés, sans compter les intérimaires, mais le syndicaliste pressent un plan social. « On a perdu pas mal de projets, dont le successeur de Mercedes, qui concernait 300 à 400 personnes... » Et le délégué syndical va plus loin. « On a tout ce qu'il faut, un savoir-faire reconnu, mais on ne trouve plus de projets. On a l'impression qu'on essaie de torpiller une entreprise familiale ! » Pour quelle raison ? Avec la prise de contrôle de Behr par le groupe Mahle prévue fin 2012, le syndicaliste craint à terme une fusion avec le site Mahle Pistons de Colmar, à une quinzaine de kilomètres de là. Mais c'est peut-être aller un peu loin...