Des routiers mécontents

Publié le 28/06/2011
Transports : des actions éparses à l'appel de FO et de la CGT
Des routiers mécontents
Des routiers mécontents
Transports : des actions éparses à l'appel de FO et de la CGT

© L'Est Républicain, Mardi le 28 Juin 2011 / France-Monde

 

Près d'Orléans, les routiers de la CGT transports ont bloqué de façon ponctuelle l'accès à l'autoroute 410 . Photo PQR/République du Centre/Pascal PROUST*

UNE PETITE PARTIE des 630.000 salariés du transport routier s'est mobilisée hier. L'appel à la grève des fédérations Force ouvrière et CGT n'a donc rencontré qu'un écho modéré à quelques jours du passage de 55 à 57 ans de l'âge d'entrée dans le congé de fin d'activité (CFA), qui permet de toucher 75 % du salaire dans l'attente de la retraite.

À Vern-sur-Seiche, près de Rennes, un dépôt pétrolier a été bloqué par des routiers.

Plusieurs centres de transports de fonds ont été touchés par la grève, notamment à Marseille, Toulouse et Bordeaux où de nombreux camions n'ont pu sortir comme prévu. Les transporteurs de fonds (environ 4.000 salariés) bénéficient du CFA comme les chauffeurs-routiers.

Près de Lille, une cinquantaine de routiers ont distribué des tracts et perturbé les accès à un centre regroupant des entreprises de transport et des plates-formes logistiques à Lesquin.

Enfin des opérations escargots ont été menées à Saint-Malo, Vannes, Dunkerque, Lille et Toulouse, selon Patrice Clos (FO). Toutefois, selon le Centre national d'Information routière, « aucune perturbation majeure du trafic n'a été enregistrée ».

De 55 à 57 ans

La plupart des salariés relevant de la convention collective du transport routier semblent donc résignés à voir appliquer le 1er juillet les nouvelles modalités du dispositif « Congé de fin d'activité », renégocié dans le sillage de la loi de novembre 2010 sur les retraites.

Depuis 1996, le CFA permettait aux salariés ayant 20 années de conduite de cesser de travailler à 55 ans et de toucher jusqu'à 60 ans 75 % de leur salaire. Le dispositif est financé par les employeurs (36 %), les salariés (24 %) et l'État (40 %). L'âge légal de départ en retraite passant de 60 à 62 ans, la question du recul du début de congé de fin d'activité s'est immédiatement posée.

Fin mai,, quatre syndicats (CFDT, CFTC, CFE-CGC, FNCR) et quatre fédérations patronales (TLF, OTRE, Unostra et FNTR) ont ratifié un accord, repoussant l'âge d'entrée à 57 ans. Sur le principe, tout le monde était prêt à repousser cette borne d'âge car, faute de financement nouveau, il en allait de la survie même du dispositif, qui prend en compte la pénibilité du métier de conducteur. Mais FO et la CGT ont refusé de signer en défendant bec et ongles un recul de l'âge d'entrée par paliers de quatre mois : quatre mois au 1erjuillet, puis quatre mois au 1er novembre, et ainsi de suite. « Avec cette journée, nous voulions montrer notre mécontentement aux signataires de cet accord négocié en catimini », a expliqué Joseph Minota, responsable de l'activité transports de fond à FO-Transports.

En juillet 2013, un point sur le dispositif sera fait par les partenaires sociaux.