Education : dans la rue le 27 septembre contre les suppressions de postes

Publié le 09/09/2011
Les conséquences des restrictions budgétaires dans l'Éducation nationale ont poussé hier les syndicats de l'enseignement privé à s'associer à la grève du 27 septembre lancée par leurs homologues du public pour dénoncer les suppressions de postes.
Education : dans la rue le 27 septembre contre les suppressions de postes
Education : dans la rue le 27 septembre contre les suppressions de postes
Les conséquences des restrictions budgétaires dans l'Éducation nationale ont poussé hier les syndicats de l'enseignement privé à s'associer à la grève du 27 septembre lancée par leurs homologues du public pour dénoncer les suppressions de postes.

© L'Est Républicain, Vendredi le 09 Septembre 2011 / Ouverture France-Monde / Rue

 

Les syndicats du privé appellent aussi à la grève

 

Il faut remonter à 1984, et sur un autre thème, pour trouver une mobilisation d'envergure du privé... contre le projet de loi Savary. Photo AFP

« C'est exceptionnel que cinq organisations syndicales du privé lancent, de manière conjointe, un appel pour rejoindre les syndicats du public », a souligné Bruno Lamour, secrétaire général de la Fep-CFDT.

Après 1.433 postes enlevés à la rentrée 2011 (sur les 16.000 dans l'Éducation nationale), ce sont environ « 1.350 suppressions qui sont à nouveau envisagées » en 2012, alors que les effectifs augmentent, déplorent dans un communiqué commun les fédérations Fep-CFDT, Snec-CFTC, Spelc, SNPEFP-CGT et Synep-CFE-CGC.

« Zéro retrait d'emploi pour la rentrée 2012 » sera leur mot d'ordre pendant la journée d'action du 27 septembre.

Les suppressions de postes dans le privé, exclusivement d'enseignants, ont des conséquences « désastreuses », déplorent les fédérations. Elles « réduisent l'offre de formation » à cause de fermetures de classes et d'établissements « tout particulièrement en milieu rural », elles « dégradent les conditions de travail des élèves et des personnels », et elles rendent « impossible » la prise en charge des élèves les plus en difficulté ou en situation de handicap ».

Contrairement au public, tous les professeurs sont devant des élèves et ne sont pas détachés à d'autres fonctions, il n'y a pas de professeurs remplaçants et le privé peut basculer certains postes d'enseignants du primaire dans le secondaire.

Les établissements privés scolarisent plus de deux millions d'élèves (17 % des effectifs) et emploient actuellement 139.525 enseignants.