Emploi - Syndicats et direction pour une fois d'accord - Un ingénieur étranger licencié

Publié le 16/10/2011
LE GROUPE DE GAZ industriel Air Liquide a été contraint début octobre de licencier un ingénieur libanais récemment embauché, après le refus des services de l'Etat de lui accorder une autorisation de travail.
Emploi - Syndicats et direction pour une fois d'accord - Un ingénieur étranger licencié
Emploi - Syndicats et direction pour une fois d'accord - Un ingénieur étranger licencié
LE GROUPE DE GAZ industriel Air Liquide a été contraint début octobre de licencier un ingénieur libanais récemment embauché, après le refus des services de l'Etat de lui accorder une autorisation de travail.

© L'Est Républicain, Samedi le 15 Octobre 2011 / France-Monde 

Diplômé de l'Université de Compiègne, Amro, ingénieur libanais de 25 ans, a été embauché le 1er juin en CDI par le site d'Air Liquide Advanced Technologies à Sassenage (Isère). Ne disposant que d'une carte de séjour temporaire expirant le 4 octobre, il a fait une demande d'autorisation de travail dès le mois de mai auprès de la Dirrecte (Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail) de Rhône-Alpes.

Air Liquide a reçu une réponse négative le 3 octobre et a dû licencier son salarié le 4 au soir pour ne pas se retrouver dans l'illégalité.

Le directeur de l'unité territoriale Isère à la Dirrecte a notamment souligné qu'il existait dans la région 396 demandeurs d'un emploi d'ingénieur projet pour seulement 90 offres, ce qui devrait permettre à Air Liquide d'embaucher un ingénieur français.

Sa décision a suscité l'émoi des syndicats qui ont rédigé une pétition signée par 183 salariés du site. Dans ce texte, la CFDT, la CGT et la CGC dénoncent une « décision inique de l'administration » qui « institue de fait une préférence nationale à l'embauche ».

De son côté, la direction d'Air Liquide fait valoir « les compétences de ce jeune ingénieur et la satisfaction qu'il nous a apportée depuis le mois de juin ».

Suite à un recours gracieux du groupe, un rendez-vous a été pris avec la Dirrecte pour mercredi prochain. « Les arguments que m'a développés récemment Air Liquide méritent qu'on s'y arrête », a admis le directeur de la Dirrecte.