Environnement « Les fleurs du printemps de l'écologie vont éclore », selon Jean-Louis Borloo

Publié le 17/05/2010
L'Assemblée adopte Grenelle 2
Environnement « Les fleurs du printemps de l'écologie vont éclore », selon Jean-Louis Borloo
Environnement « Les fleurs du printemps de l'écologie vont éclore », selon Jean-Louis Borloo
L'Assemblée adopte Grenelle 2

© L'Est Républicain, Mercredi le 12 Mai 2010 / Ouverture France-Monde 
 
Chantal Jouanno comprend mal « l'attitude contradictoire » des députés socialistes. Photo Alexandre MARCHI 

L'Assemblée nationale a voté hier, par 314 voix contre 213, le projet de loi Grenelle 2, « boîte à outils » pour atteindre les objectifs environnementaux fixés par le Grenelle de l'environnement. « N'en déplaise aux inquiets, aux tristes et aux grincheux, les 250 articles du projet seront les 250 fleurs du printemps de l'écologie », a lancé, lyrique, le ministre de l'Environnement Jean-Louis Borloo à l'issue du vote. L'UMP et le Nouveau Centre ont voté pour tandis que les groupes d'opposition SRC et GDR ont voté contre.

Le député Verts Yves Cochet a jugé le Grenelle 2 « décevant ». « C'est la fin du processus », a-t-il dit, soulignant que les Verts « n'y reconnaissaient pas leur enfant ».
Pour le NC, Stéphane Demilly a salué de « fructueux débats » et des « compromis satisfaisants ».
Martial Saddier (UMP) y a vu « un véritable aboutissement, un texte clé, une avancée considérable ».
Enfin, pour le PS, Philippe Tourtelier a qualifié le Grenelle 2 de « renoncement ». « Vous avez reculé sur la taxe carbone, la taxe poids-lourds, vous reculez maintenant sur le Grenelle 2 », a-t-il lancé avant de s'inquiéter aussi du financement des dispositions votées. « Seront-elles flinguées lors des décrets d'application ? », s'est-il demandé.

La CFDT, de son côté, observe dans un communiqué que la loi est « en deçà des engagements ». 

Quoi qu'il en soit, ce vote « donne les moyens de tenir les engagements » pris il y a deux et demi, a estimé la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno. « Il y a des sujets sur lesquels on aurait pu aller plus loin », a reconnu la secrétaire d'Etat, « mais on a les moyens d'agir avec ce texte. Il y a des outils en place, il faut les activer au niveau des collectivités, des territoires, et des entreprises ». Interrogée sur la décision du Parti socialiste de voter contre le texte, alors qu'il avait voté pour le « Grenelle 1 » à l'automne 2008, Mme Jouanno a jugé cette attitude « contradictoire » si « vraiment ils croient au sujet ». «Les associations ont appelé à voter pour le Grenelle 2. Il ne représente peut-être que 80 %, voire 70 % de ce qu'elles auraient souhaité, mais c'est toujours un énorme pas en avant. Voter contre, c'est faire un énorme pas en arrière », a considéré la secrétaire d'Etat.