Financement des syndicats : Accoyer refuse de publier le rapport Perruchot

Publié le 14/12/2011
Des syndicats, le Medef et le PS ont réclamé hier la publication du rapport Perruchot issu de la commission d'enquête parlementaire sur le financement des organisations patronales et syndicales, malgré son rejet à l'Assemblée, mais ils se sont heurtés au refus du président de l'Assemblée Bernard Accoyer.
Financement des syndicats : Accoyer refuse de publier le rapport Perruchot
Financement des syndicats : Accoyer refuse de publier le rapport Perruchot
Des syndicats, le Medef et le PS ont réclamé hier la publication du rapport Perruchot issu de la commission d'enquête parlementaire sur le financement des organisations patronales et syndicales, malgré son rejet à l'Assemblée, mais ils se sont heurtés au refus du président de l'Assemblée Bernard Accoyer.

© Vosges Matin, Mercredi le 14 Décembre 2011 / France

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault et celui de la CFDT François Chérèque ont tous les deux estimé que la non-publication du document revenait à jeter la suspicion sur les syndicats, tandis que la patronne du Medef Laurence Parisot soulignait que « la moindre des choses » serait de le rendre public alors qu'il « se retrouve dans la presse ».

Les travaux finalement rejetés par la commission d'enquête ont mis en lumière certaines « difficultés structurelles du financement des organisations de salariés et d'employeurs : complexité, opacité, parfois manque de légitimité » et proposaient des mesures pour accroître la transparence des comités d'entreprise, selon des documents obtenus par l'AFP.

« La non-parution de ce document sert à multiplier les allégations à l'égard des syndicats », a souligné sur France 2 Bernard Thibault qui, dans une lettre au président de l'Assemblée Bernard Accoyer, rendue publique par la CGT, a plaidé pour un « débat public, contradictoire et argumenté ».

François Chérèque a également demandé à ce que le rapport soit rendu public, affirmant sur i-Télé : « Ce qui se passe actuellement est insupportable ».

La CFE-CGC a fait la même requête déplorant dans un communiqué que « pour des raisons bassement politiciennes, on laisse planer le doute sur l'intégrité d'une très grande majorité de syndicalistes ».

De son côté, le président du groupe socialiste Jean-Marc Ayrault s'est adressé à Bernard Accoyer, soulignant que les socialistes avaient voté « contre » le rapport, « mais pour » sa publication.

Hier dans la soirée, le président de l'Assemblée lui a répondu, en expliquant qu'il n'était pas possible de publier ce rapport. Dès lors qu'il a été rejeté par la commission d'enquête, « il n'existe juridiquement pas de rapport susceptible d'être publié », lui a-t-il écrit.