Fonctionnaires : vers un gel de l'indice en 2012

Publié le 19/04/2011
Le gouvernement va-t-il maintenir en 2012 le gel de l'indice salarial des fonctionnaires ? La question sera aujourd'hui au coeur du rendez-vous salarial annuel de la fonction publique, le sujet étant d'autant plus tendu qu'une prime est évoquée au même moment pour les salariés du privé.
Fonctionnaires : vers un gel de l'indice en 2012
Fonctionnaires : vers un gel de l'indice en 2012
Le gouvernement va-t-il maintenir en 2012 le gel de l'indice salarial des fonctionnaires ? La question sera aujourd'hui au coeur du rendez-vous salarial annuel de la fonction publique, le sujet étant d'autant plus tendu qu'une prime est évoquée au même moment pour les salariés du privé.

Le Républicain Lorrain, Mardi le 19 Avril 2011 / IG /

 

 Le gouvernement a refusé de confirmer hier que le gel du point d'indice, qui sert de base au calcul des salaires des 5,2 millions d'agents des trois fonctions publiques (Etat, territoriale et hospitalière) serait reconduit pour 2012, après avoir déjà été entériné pour 2011. Le quotidien Les Echos, citant des sources proches du dossier, affirme toutefois que les dés sont jetés.

Le point d'indice avait été relevé de 0,5 % au 1er juillet 2010, le gouvernement annonçant son gel pour 2011. La hausse, accompagnée d'un relèvement du minimum de traitement des fonctionnaires (à 1 365,94 euros bruts) avait représenté un effort d'1 milliard d'euros. Pour les syndicats, la question est cruciale, le point d'indice, seule mesure collective concernant tous les fonctionnaires, étant vu comme un élément central du salaire des agents.

A l'inverse, le gouvernement estime qu'il ne s'agit que de l'un des éléments de la rémunération, qui compte aussi les primes, les avantages sociaux, les mesures catégorielles, etc. En octobre, la Cour des comptes avait estimé que le gel « jusqu'à fin 2013 » semblait « techniquement nécessaire » pour « respecter l'objectif global de maîtrise de dépenses publiques ».

Du côté des syndicats, la perspective de serrer encore d'un cran la ceinture passe mal. Pour la CFDT, il est « choquant » que les agents soient rémunérés « sur la base du déficit budgétaire qu'ils auraient à résorber ».

Les fonctionnaires sont déjà affectés par le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux, qui doit se poursuivre en 2012, se traduisant par la suppression d'environ 30 000 nouveaux emplois. La moitié des économies générées par ce dispositif doit leur revenir.