François Fillon en campagne

Publié le 27/01/2010
Le Premier Ministre a effectué un déplacement dans le fief d'Alain Joyandet où il a inauguré le nouvel hôpital de Vesoul et est revenu sur les chantiers du gouvernement.
François Fillon en campagne
François Fillon en campagne
Le Premier Ministre a effectué un déplacement dans le fief d'Alain Joyandet où il a inauguré le nouvel hôpital de Vesoul et est revenu sur les chantiers du gouvernement.

Mardi 26 Janvier 2010, © Vosges Matin / REGION

François Fillon a commencé son déplacement en Franche-Comté par la visite du nouvel hôpital de Vesoul.

A deux mois des élections régionales, François Fillon a fait hier la promotion de ses réformes, notamment celles très décriées des collectivités et de la taxe professionnelle, lors d'un déplacement à Vesoul, fief d'Alain Joyandet, tête de liste UMP en Franche-Comté. Après l'inauguration d'un nouvel hôpital, le Premier ministre, entouré de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot et de son secrétaire d'État à la Coopération, s'est rendu à l'hôtel de ville pour un discours de 40 minutes aux forts accents de campagne électorale, devant une salle archi-comble. Passant en revue plusieurs chantiers du gouvernement, il s'est longuement arrêté sur la réorganisation du fonctionnement des régions et départements. ' J'entends beaucoup de critiques sur la réforme des collectivités ', a-t-il lancé. ' Mais nous sommes le pays qui a l'organisation la plus complexe, qui n'a cessé d'ajouter des échelons aux organisations que nous avions déjà. Nous voulons simplifier cette organisation. Tous ceux qui vous disent (qu'avec ce texte) les départements ne pourront plus aider les communes rurales, ne pourront plus financer les associations [...] vous mentent. À aucun moment il n'a été envisagé d'empêcher les départements d'apporter leurs contributions au développement solidaire des territoires ruraux. Je voudrais que dans quelques années il n'y ait plus un seul fonctionnaire territorial qui fasse la même chose au département et à la région parce que ce sont des impôts que vous payez et qui ne sont pas nécessaires ! ' Au sujet de la taxe professionnelle À propos de la révision de la taxe professionnelle, qui inquiète nombre d'élus locaux, il a lancé : ' ce n'est pas parce que nous avions des comptes à régler avec les collectivités locales, c'est parce que nous voyons jour après jour la compétitivité de l'économie se réduire, notamment dans le cadre de la grande compétition avec les pays émergents. Les vrais responsables politiques ce sont ceux qui disent la vérité. Dire la vérité c'est dire qu'on ne peut pas avoir le meilleur système de santé du monde, l'école et l'université gratuites pour tout le monde, la retraite pour tous, des allocations pour ceux qui sont dans le besoin, sans réformer et sans se retrousser les manches. ' Il a vanté au passage les qualités de son secrétaire d'État Alain Joyandet, qui s'est récemment rendu à Haïti, dont il a estimé qu'il avait ' fait preuve de beaucoup d'humanité sur des territoires soumis à des difficultés extrêmes .' La Franche-Comté figure parmi les régions que l'UMP juge ' gagnables ' lors du scrutin de mars prochain. Une centaine de manifestants réunis Une manifestation qui a réuni près d'une centaine de personnes s'est déroulée hier aux abords du centre hospitalier intercommunal (CHI) de Vesoul, lors de son inauguration par le Premier ministre François Fillon. Une dizaine de CRS ont maintenu à environ 300 mètres de l'établissement les manifestants, réunis depuis 11 h à l'appel l'intersyndicale CFDT-CGT-CFTC-CFE-CGC-FO-FSU-UNSA et du Comité de vigilance pour le maintien des services publics de proximité. ' Les manifestants souhaitent dénoncer la politique du gouvernement qui est en train de casser le milieu hospitalier, notamment en milieux ruraux ', a expliqué Thierry Navarro, secrétaire régional CFDT. Ils avaient également disposé devant l'hôpital une pancarte jaune indiquant ' FO-CFDT Des murs, oui, mais du personnel aussi. ' ' Il faut résister aux pressions de rentabilité. Désormais, l'objectif du gouvernement est de rendre l'hôpital rentable ', a ajouté M. Navarro, soulignant que l'intersyndicale dénonçait la suppression de 166 postes sur les trois sites de Vesoul, Lure et Luxeuil ainsi que la fermeture des services de maternité à Luxeuil et de chirurgie à Lure. Selon la direction, ces suppressions ne portent que sur une centaine de postes. Le centre hospitalier de Vesoul, issu de la fusion des hôpitaux de Lure, Luxeuil et Vesoul, fonctionne depuis début décembre. Le nouvel ensemble est désormais le site principal de santé de la Haute-Saône, avec 426 lits de médecine, de chirurgie, d'obstétrique et de pédiatrie.