Grève à la SNCF : stop ou encore ?

Publié le 04/02/2010
La direction de la SNCF a recensé hier 28,4 % de grévistes et la CGT 35,65 %, contre 23,75 % selon la direction et 31,6 % selon la CGT le 20 octobre dernier à l'occasion de la dernière grève nationale, alors à l'appel de trois fédérations seulement.
Grève à la SNCF : stop ou encore ?
Grève à la SNCF : stop ou encore ?
La direction de la SNCF a recensé hier 28,4 % de grévistes et la CGT 35,65 %, contre 23,75 % selon la direction et 31,6 % selon la CGT le 20 octobre dernier à l'occasion de la dernière grève nationale, alors à l'appel de trois fédérations seulement.

Jeudi 04 Février 2010, © Vosges Matin / FRANCE

 

Les syndicats à l'origine de la grève divergent sur les suites à donner à ce mouvement. Ils avaient averti qu'en l'absence de réponses de la SNCF et du gouvernement, ils déposeraient dès aujourd'hui une nouvelle alarme sociale, préalable à tout dépôt de préavis de grève, 'en vue d'une action de mobilisation des cheminots d'un niveau encore plus élevé '. Dès hier matin, Sud-Rail, troisième force syndicale, a proposé dans un communiqué 'un appel unitaire à un mouvement de grève reconductible' étant donné 'l'urgence de mesures nouvelles pour la SNCF' , sur 'l'arrêt de la casse du fret ferroviaire ' et de 'l'éclatement' de l'entreprise notamment. Mais l'Unsa-cheminots estime que les cheminots ne semblent 'pas prêts à entrer dans une grève dure' et elle entend privilégier ' le dialogue social' avec la direction. La CGT-cheminots souhaite, elle, voir 'si la SNCF fait ou non des propositions' et prendre le temps de l'analyse avec les autres fédérations, avec qui elle doit se réunir aujourd'hui. Le premier syndicat souhaite 'réenclencher le processus' par une nouvelle alarme sociale. Pour sa part, la CFDT, qui juge que la participation hier n'est 'pas à la hauteur espérée', n'attend rien non plus d'une grève reconductible.