L'explosion des « fins de droits »

Publié le 28/01/2010
Un million de personnes sortiront cette année de la couverture de l'assurance chômage sans grande chance de retrouver un emploi. Les partenaires sociaux s'en inquiètent.
L'explosion des « fins de droits »
L'explosion des « fins de droits »
Un million de personnes sortiront cette année de la couverture de l'assurance chômage sans grande chance de retrouver un emploi. Les partenaires sociaux s'en inquiètent.

Jeudi 28 Janvier 2010, © L'Est Républicain / FRANCE

Le gouvernement compte sur les contrats aidés pour freiner l'envolée des chômeurs en fin de droits.
C'est le casse-tête des syndicats et du patronat, gestionnaires de l'assurance chômage, qui se réunissent le 5 février pour en débattre. Le chiffre est une estimation Pôle emploi : un million de demandeurs d'emploi arriveront cette année en fin de droits à l'assurance chômage sans avoir retrouvé du travail. Une hausse considérable par rapport aux autres années, où 700.000 personnes sortent sans solution d'emploi au terme de leur durée d'indemnisation ; 40 % sont alors pris en charge par la solidarité nationale, 17 % en obtenant l'allocation spécifique de solidarité (ASS : 454 € par mois environ) et 23 % le revenu de solidarité active (RSA, ex-RMI : 460 € pour une personne seule). Et 60 % dont le foyer dispose d'un autre revenu « galèrent » seuls, reprenant parfois, faute de mieux, des petits boulots à temps très partiels. La CGT estime à « 600.000 » le nombre de personnes actuellement sans aucune indemnité.

Montée de la précarité


Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat à l'emploi, convient que le sujet pose problème : « Avec la crise, je pense qu'il y aura mécaniquement 150.000 chômeurs en fin de droits de plus qu'une année classique ». Il y a déjà 170.000 chômeurs fins de droits qui perçoivent l'ASS, et 230.000 qui touchent le Revenu de solidarité active (RSA), estime-t-il. Et « 200.000 ont une activité réduite de quand même 110 heures par mois, et donc travaillent à côté », détaillait-il encore hier. Ainsi en une décennie, janvier 1996 - janvier 2006, le nombre d'inscrits ayant un pied dans l'emploi, un pied dans le chômage aura quasi doublé. Face au nombre grandissant des chômeurs en fin de droits, les syndicats poussent le gouvernement à une amélioration de l'ASS, laissant entendre qu'ils pourraient alors faire un effort complémentaire sur la couverture chômage. La CFDT suggère d'augmenter une tranche d'impôts pour trouver les fonds nécessaires, quand FO, CGT et CFTC réclament une surcotisation chômage pesant sur les entreprises qui recourent massivement aux intérimaires et aux CDD. Des pistes que ne partage pas le président de la République : « On ne laissera personne abandonné, mais la solution n'est pas dans la multiplication des aides de toutes sortes » a-t-il freiné lundi soir.

Cas par cas


Laurent Wauquiez préconise plutôt davantage de contrats aidés et de formations pour réorienter ces personnes sur le modèle du reclassement des licenciés économiques, et un accompagnement intensifié dans la période précédant la fin de l'indemnisation.
«Les contrats aidés, cela peut aider les chômeurs en fin de droits. C'est sur eux qu'il faut tabler ». Et d'observer : « Il y a des cas très différents, il faut qu'on puisse avoir des entretiens pour toutes les personnes qui arrivent en fin de droits, notamment les chômeurs de longue durée ».
Le débat est lancé.


 

Jean-Louis DENES