La France à nouveau au ralenti le 12 octobre

Publié le 07/10/2010
Nouveau bras de fer en perspective pour le 12 octobre prochain. La grève sera reconductible à la SNCF et à la RATP.
La France à nouveau au ralenti le 12 octobre
La France à nouveau au ralenti le 12 octobre
Nouveau bras de fer en perspective pour le 12 octobre prochain. La grève sera reconductible à la SNCF et à la RATP.

 

Lors de la dernière journée de mobilisation. Archives AFP

 Le 12 octobre, dans plusieurs secteurs, les grèves seront reconductibles. Le bras de fer se poursuit.

Les principaux syndicats de cheminots ont déposé hier r un préavis de grève reconductible à partir du 12 octobre pour la défense des retraites, après ceux déjà annoncés à la RATP et dans certains réseaux urbains. Les perturbations dans les transports pourraient ainsi se prolonger au-delà de la journée de grèves et de manifestations de mardi prochain, organisée par les centrales syndicales. La CGT-cheminots, première force syndicale à la SNCF (39 % des voix), a annoncé hier matin qu'elle allait proposer aux autres fédérations de cheminots un préavis reconductible. Elle entend « appeler à la grève à partir du 12, avec la possibilité de continuer le mouvement, à condition que les salariés en décident » en assemblées générales, dès le 13 au matin, selon son secrétaire général Didier Le Reste.

Les principales fédérations (outre la CGT, Unsa, Sud-Rail et CFDT/Fgaac) devaient se réunir en début d'après-midi à Paris pour convenir d'une position commune. La décision est délicate dans une entreprise dont les agents ont multiplié les arrêts de travail depuis début 2010, notamment durant deux semaines en avril.

La position de la CGT, prise après consultation de la base, est généralement suivie. Jean-Daniel Bigarne, responsable de l'Unsa-cheminots (18 % des voix), avait lancé lundi : « On suivra la CGT-cheminots », « on veut absolument refuser cette réforme ». Arnaud Morvan (CFDT/Fgaac, 12 %) a répété aussi hier vouloir « privilégier l'unité syndicale ». « On aurait souhaité qu'il y ait d'autres secteurs qui partent avec nous, mais si nous devons montrer la voie, nous montrerons la voie », a-t-il affirmé.

Pour sa part, Sud-Rail (18 %) a appelé hier à la mi-journée « l'ensemble des cheminots à s'engager massivement dans la grève, à participer aux manifestations du 12 octobre et aux assemblées générales pour décider de la reconduction ».

Sud avait déjà appelé à une telle reconduction le 23 septembre, dernière journée de grève interprofessionnelle, mais avait été peu suivie.

Enfin, FO, CFTC et CFE/CGC, minoritaires à la SNCF, ont déjà déposé un préavis reconductible à compter du 12, dans les régions où ils sont représentatifs. Le régime spécial de retraite des cheminots, réformé en 2007 avec une application progressive jusqu'en 2016, ne sera potentiellement concerné par la réforme gouvernementale des retraites qu'à partir de 2017.

Dès lundi, la CGT de la RATP avait déposé un préavis de grève illimitée, rejoignant les syndicats FO et SUD de l'entreprise, qui plaidaient pour un mouvement reconductible depuis début septembre. La CFDT les a suivis mardi.

La fédération CGT de l'énergie, premier syndicat du secteur, va déposer un préavis de grève illimitée à partir du 12 octobre dans les 140 entreprises électriques et gazières (dont EDF et GDF Suez) pour la défense des retraites, a-t-elle annoncé hier soir dans un communiqué.