La guerre des chiffres a fait rage

Publié le 24/09/2010
La palme du grand écart revient une fois de plus à la ville de Marseille avec 22 000 manifestants selon la police et... 220 000 selon les syndicats.
La guerre des chiffres a fait rage
La guerre des chiffres a fait rage
La palme du grand écart revient une fois de plus à la ville de Marseille avec 22 000 manifestants selon la police et... 220 000 selon les syndicats.

Le Républicain Lorrain, Vendredi le 24 Septembre 2010 / IG /

 

En fin d'après-midi, les syndicats annonçaient près de trois millions de manifestants dans toute la France (2,9 selon la CFDT) soit 300 000 à 400 000 de plus que le 7 septembre. Le ministère de l'Intérieur, pour sa part, en a comptabilisé 997 000, c'est-à-dire 123 000 de moins qu'il y a deux semaines, et à 3 000 près de la barre symbolique du million.

A Paris, le plus gros cortège de la journée a enregistré la participation de 65 000 personnes selon la police, soit 15 000 de moins que le 7 septembre, un chiffre contesté par les syndicats qui ont annoncé 300 000 protestataires dans la capitale, soit 30 000 de plus qu'il y a deux semaines.

Cette bataille des chiffres a d'ailleurs eu lieu partout sur le territoire, la palme du grand écart revenant à la ville de Marseille avec 22 000 manifestants selon la police (5 000 de moins que lors de la journée précédente) et 220 000 selon les syndicats, soit 20 000 de plus. Ailleurs en France, on comptait entre 25 000 manifestants et 120 000 à Toulouse, selon les sources, 20 000 à 60 000 à Rouen, entre 15 000 et 30 000 au Havre, 18 000 à 35 000 à Rennes, des chiffres pour la plupart en baisse selon la police, en hausse selon les syndicats. Dans d'autres villes en revanche, la mobilisation a été plus forte que le 7 septembre, de sources concordantes, notamment à Lyon (entre 18 000 et 36 000) ou encore Saint-Etienne (13 500 à 30 000).

Sur le front des grèves, le gouvernement faisait état d'un taux de grévistes dans la fonction publique en recul par rapport au 7 septembre. A la mi-journée, « selon les estimations disponibles », le ministère de la Fonction publique donnait ainsi un taux de grévistes de 19,77 % pour la fonction publique d'Etat, 15,04 % pour la fonction publique territoriale, et 12,14 % pour la fonction publique hospitalière.