La mobilisation renforce les syndicats

Publié le 08/09/2010
Forts du succès des grèves et manifestations, les syndicats doivent annoncer aujourd'hui une nouvelle mobilisation à brève échéance sur la réforme des retraites, alors que le gouvernement tient bon.
La mobilisation renforce les syndicats
La mobilisation renforce les syndicats
Forts du succès des grèves et manifestations, les syndicats doivent annoncer aujourd'hui une nouvelle mobilisation à brève échéance sur la réforme des retraites, alors que le gouvernement tient bon.

Le Républicain Lorrain, Mercredi le 08 Septembre 2010 / IG /
 

 

 

Les sourires étaient de mise chez les syndicalistes en tête du cortège parisien : derrière eux, les derniers manifestants ont commencé à défiler plus de quatre heures après, en raison de l'affluence. Photo AFP

Entre plus d'un million et 3 millions de personnes, selon les sources, ont manifesté hier dans toute la France contre le projet de réforme des retraites alors que le débat sur le projet de loi s'ouvrait à l'Assemblée nationale. Forts de ce succès, les syndicats exigent l'ouverture de négociations sur ce texte, y compris ses principales dispositions comme le report de l'âge légal de départ.
LE FAIT DU JOUR

Avec ce projet, la CFTC estime notamment que « le pacte social a été brisé ». « Le gouvernement doit entendre ce refus massif, retirer son projet pour ouvrir de réelles négociations sur l'ensemble des questions », juge pour sa part la FSU. « Il s'agit d'une très grande réussite. Le gouvernement va devoir réagir vite, sinon, il y aura des suites inévitables qui seront discutées dès mercredi par les syndicats », a déclaré le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly. Les syndicats doivent en effet se réunir cet après-midi au siège de la CGT à Montreuil. « Il faut que le gouvernement nous donne des réponses demain matin » sur les retraites, a déclaré hier soir François Chérèque, secrétaire général de la CFDT. Au terme de la journée, la CGT « exige » pour sa part l'ouverture rapide « de réelles négociations sur l'avenir des retraites des salariés ».

Le ministère de l'Intérieur a compté 1 120 000 manifestants dans toute la France au travers de 220 cortèges, la CFDT 2,5 millions, la CGT plus de 2,7 millions et Solidaires plus de 3 millions, une mobilisation plus forte que le 24 juin dernier et qui s'approche de l'ampleur des grandes manifestations interprofessionnelles du 19 mars 2009 pour une autre politique économique et sociale face à la crise (entre 1,2 et 3 millions de personnes selon les sources).

A Paris, le cortège a rassemblé 80 000 personnes selon la police, 270 000 de source syndicale, dont plusieurs leaders de la gauche et notamment la première secrétaire du Parti socialiste Martine Aubry, une mobilisation loin des 47 000 à 130 000 protestataires comptabilisés le 24 juin dernier lors de la précédente journée d'action. Les grèves ont également été mieux suivies que le 24 juin dernier. Ainsi dans les transports, à la SNCF, la direction comptabilisait 42,9 % de grévistes contre 40 % le 24 juin. Le trafic aérien a également été perturbé. Le ministère de l'Education nationale faisait pour sa part état de près de 30 % de grévistes parmi les enseignants en moyenne générale. Pour le secteur public, le gouvernement estimait le taux de grévistes à 24,77 % dans la Fonction publique d'Etat (18,71 % le 24 juin), 16,2 % dans la Fonction publique territoriale (13 % le 24 juin), et 17,76 % dans la Fonction publique hospitalière (12,5 % le 24 juin).