La « révolution » du 11 décembre

Publié le 04/12/2011
Le dimanche 11 décembre sera une date historique pour le chemin de fer français qui vivra une triple révolution. « Big bang », « chambardement », les expressions ont foisonné ces dernières semaines chez les patrons du rail pour qualifier l'arrivée des nouveaux horaires des trains, modifiés cette année à 85 %, une proportion inédite dans l'histoire de la compagnie nationale.
La « révolution » du 11 décembre
La « révolution » du 11 décembre
Le dimanche 11 décembre sera une date historique pour le chemin de fer français qui vivra une triple révolution. « Big bang », « chambardement », les expressions ont foisonné ces dernières semaines chez les patrons du rail pour qualifier l'arrivée des nouveaux horaires des trains, modifiés cette année à 85 %, une proportion inédite dans l'histoire de la compagnie nationale.

© Le Républicain Lorrain, Dimanche le 04 Décembre 2011 / IG /
© Vosges Matin, Dimanche le 04 Décembre 2011 / France

Le bouleversement tient à trois raisons essentielles : le développement du cadencement, qui consiste à faire partir les trains à des horaires réguliers, le lancement de la LGV Rhin-Rhône, qui par ricochet a des répercussions sur les autres lignes, et, surtout, la multitude de travaux prévus sur un réseau vieillissant. Internet, publicité, concertation, tracts en gare ont permis d'annoncer aux usagers ce qui les attend avec ces nouvelles grilles qui visent, selon la SNCF, à « faciliter » la vie du plus grand nombre d'entre eux. Rapidement après leur diffusion, en septembre dernier, certains ont manifesté leur inquiétude en voyant que la durée de leur trajet habituel était rallongée ou encore que leur train quotidien était supprimé. Une association d'usagers, l'Avuc, a lancé un mot d'ordre national de grève du billet des voyageurs pour le 12 décembre au matin.

Pour tenter de remédier aux difficultés avec les usagers, une mission de médiation a été confiée à Nicole Notat, ancienne secrétaire générale de la CFDT, afin, notamment, de recueillir les réclamations des voyageurs. La SNCF s'est également dotée d'une cellule de veille inédite, active depuis jeudi et jusqu'au 15 janvier. Pour que le « Big bang » annoncé ne se transforme pas en « Big bug ».