La solidarité financière envers les grévistes s'organise

Publié le 25/10/2010
Ceux qui ne peuvent faire grève peuvent soutenir financièrement ceux qui la font.
La solidarité financière envers les grévistes s'organise
La solidarité financière envers les grévistes s'organise
Ceux qui ne peuvent faire grève peuvent soutenir financièrement ceux qui la font.

Vosges Matin, Lundi le 25 Octobre 2010 / France / PARIS

 
Faire un don pour soutenir la mobilisation au sujet des retraites : la solidarité financière au profit des grévistes, pénalisés sur leur fiche de paie, s'organise au sein des syndicats, partis ou associations, un appel relayé aussi sur le net par des particuliers.

Adrien Kempf, 25 ans, salarié d'une association rurale au Pays Basque, a ainsi lancé il y a une dizaine de jours un blog rapidement transformé en site (http://www.bizimugi.eu/grevesolidaire/) qui affichait jeudi soir 10 055 EUR de dons envoyés à différentes caisses de grévistes. « Je ne suis encarté nulle part mais j'ai lancé un appel sur internet, le 12 octobre, ''Solidaires pour être efficaces'', qui a été relayé par Médiapart, et dès la première journée, nous avons reçu plus de cent réactions positives », a-t-il expliqué. Depuis, il « consacre une demi-journée de travail, avec deux potes, pour répercuter tout ça. » « Les gens libellent les chèques à l'ordre de telle caisse de grève ou tel syndicat et les envoient par la poste. Nous ne faisons que centraliser les promesses de dons. »

D'autres portails existent sur le net comme solidarites.soutiens.org qui affiche le détail des comptes dédiés aux conflits locaux (travailleurs sans papiers, Molex, salariés de supermarchés). Créé en 2009 par un collectif marseillais, ce portail annonce avoir versé pour les luttes en cours plus de 11 500 EUR. « Nous sommes en train de mettre en place une rubrique contre la réforme des retraites, car nous avons déjà reçu plus de 2 000 EUR pour cette action », déclare un responsable.

Trésor de guerre

Côté syndicats, outres les collectes locales, les confédérations prennent aussi des initiatives. La CGT a ouvert un compte spécifique « CGT-Solidarité-Luttes-retraite » mais aucun chiffre n'était encore disponible vendredi. « L'argent sera redistribué à la demande, comme nous l'avons fait pour le compte de la lutte des sans papiers qui a récolté 80 000 EUR par an depuis trois ans », a expliqué le trésorier de la CGT.

La FNIC-CGT, fédération chimie de la CGT, a également ouvert un compte bancaire pour recevoir les dons. Elle affirme qu'ils vont « croissant » mais n'a pas donné de chiffres. Par ailleurs, des comptes ont aussi été ouverts dans certaines raffineries pour recevoir des contributions.

A la CFDT, qui dispose d'un trésor de guerre de plus de 100 millions d'euros accumulés depuis les années 1970, géré par la Caisse nationale d'action syndicale, la trésorière Anousheh Carvat explique que « les statuts (du syndicat) excluent l'utilisation de cette caisse pour des mots d'ordre généraux, sauf situation exceptionnelle. »

« Nous avons considéré que la lutte contre la réforme des retraites était un mouvement exceptionnel. Nous avons donc demandé aux organisations de faire remonter les dossiers individuels et le processus devra être entériné par le conseil national en février 2011. » Les grévistes syndiqués à la CFDT pourront donc se faire rembourser une partie de leurs journées de grève.