Laurent Wauquiez

Publié le 26/06/2010
La mobilisation syndicale a été importante jeudi. Comment le gouvernement va-t-il en tenir compte ?
Laurent Wauquiez
Laurent Wauquiez
La mobilisation syndicale a été importante jeudi. Comment le gouvernement va-t-il en tenir compte ?

© L'Est Républicain, Samedi le 26 Juin 2010 / Ouverture France-Monde 

 
La mobilisation syndicale a été importante jeudi. Comment le gouvernement va-t-il en tenir compte ? 
Ces manifestations sont normales, d'autant que les retraites sont quelque chose d'intime. On doit comprendre les inquiétudes. Dans le même temps, il y a eu moins de manifestants qu'en 2003, pour la réforme Fillon des retraites. Les gens ont pris conscience que ne rien faire sur un régime qui va accumuler sur dix ans 500 milliards d'euros, ce n'est pas possible.

Qu'allez-vous faire ? 
La porte est toujours ouverte. Parmi les évolutions possibles, certaines ont déjà été mentionnées par le Président de la République : les carrières longues, la pénibilité, les polypensionnés, c'est-à-dire ceux dont la carrière s'est déroulée à la fois dans le public et le privé. Sur l'emploi des seniors également, on peut sans doute également continuer à avancer. On a des résultats forts depuis trois ans et il y a des propositions dans la réforme.

Les Français ont quand même du mal à comprendre le report de l'âge légal alors que les entreprises incitent les seniors à partir. Faut-il creuser le trou des Assedic pour réduire celui des retraites ? 
Il est vrai que notre pays est celui qui, en Europe, a le plus massacré le travail des seniors. Pour dégonfler les chiffres du chômage, Martine Aubry ministre du Travail a fait partir chaque année 200.000 seniors hors de l'emploi. Nous, nous avons arrêté ce mouvement et imposé des obligations aux entreprises. En trois ans, la France est revenue dans la moyenne européenne en gagnant trois points de taux d'emploi des plus de 55 ans. Aujourd'hui, leur taux de chômage est inférieur à la moyenne : 6,2 % contre 9,5 %.

La réforme traite-t-elle de ce sujet ? 
Avec Éric Woerth, nous avons proposé deux choses : zéro charge pendant un an pour les entreprises qui embauchent un senior de plus de 55 ans ; une incitation au tutorat en prenant en charge une partie du salaire du senior qui transmet son savoir à un jeune, notamment en apprentissage ou en contrat de qualification.

Vous voulez aller plus loin... 
Sur ce sujet, des entreprises ont développé de bonnes pratiques (nouvelles méthodes de recrutement, modification des postes, temps partiel) et nous avons une boîte à idées. Nous avons un partenariat avec Vigéo, l'agence de Nicole Notât, ancienne secrétaire générale de la CFDT, pour évaluer ces pratiques et voir comment on peut les utiliser. Nous voulons le faire rapidement.

Propos recueillis par Chantal DIDIER